🔻 Comment l’amazone de Porto-Rico et le le cheval de Przewalski ont été sauvés

Photo d'illustration ©amyirizarry de Pixabay

1616
⏱ Lecture 2 mn.

Au moins 21 espèces d’oiseaux et 7 espèces de mammifères ont été sauvés de l’extinction grâce à l’intervention directe de l’homme d’après une étude menée par des chercheurs internationaux qui travaillent sur l’impact des mesures de conservation depuis le Sommet de la terre de Rio en 1992.

En 2010, les représentants de 193 pays ont donné suite à la Convention sur la biodiversité biologique signée en 1992 à Rio de Janeiro en s’engageant à réduire les pressions mondiales sur le monde naturel d’ici à la fin 2020. De ce sommet à Aichi au Japon sont nés les objectifs d’Aichi. Le numéro 12 de la liste d’objectifs appelle à prévenir l’extinction des espèces menacées, en particulier celles dont les populations sont en déclin et à améliorer leur état de conservation.

Un groupe de chercheurs internationaux dirigé par des scientifiques de l’université de Newcastle au Royaume-Uni a mené des recherches afin de comprendre si cet engagement a été respecté à l’expiration du délai fixé (fin 2020). Les résultats de l’étude publiés dans le journal Society for Conservation Biology montrent qu’au moins 21 espèces d’oiseaux et 7 espèces de mammifères ont été sauvés de l’extinction grâce à l’intervention directe de l’homme. Des espèces comme le lynx pardelle (Lynx pardinus), le condor de Californie (Gymnogyps californianus), le sanglier nain (Porcula salvania), originaire d’Inde, le cheval de Przewalski (Equus ferus przewalskii) des steppes mongoles, et l’Amazone de Porto Rico (Amazona vittata), ont vu leurs populations augmenter grâce aux efforts de conservation.

L’étude s’est concentrée sur les oiseaux et les mammifères car ce sont les groupes d’animaux les plus étudiés, avec le plus grand nombre de données disponibles. Seules les espèces dont le statut de conservation est « éteint à l’état sauvage« , « en danger critique d’extinction » ou « en danger » – selon la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) – à un moment donné depuis 1993 ont été analysées. L’équipe de chercheurs a déterminé que les mesures de conservation ont permis de prévenir 21 à 32 extinctions d’oiseaux et 7 à 16 espèces de mammifères depuis 1993. Depuis 2010, 9 à 18 extinctions d’oiseaux ont pu être évitées et 2 à 7 extinctions de mammifères. Les scientifiques ont également évalué quelles stratégies de préservation ont été les plus efficaces. Il a été noté que le contrôle des espèces envahissantes, la protection des zones naturelles et la conservation hors site y compris les programmes d’élevages en captivité sont les mesures ayant obtenu les meilleurs résultats. La population sauvage de l’Amazone de Puerto Rico, par exemple, a atteint un creux de seulement 13 individus en 1975. Mais grâce à un programme intensif d’élevage en captivité et à un processus de réintroduction qui a débuté en 2006 au parc d’État de Río Abajo, l’oiseau a rebondi et compte aujourd’hui entre 80 et 100 individus sur deux sites.

Depuis 1993, 10 espèces d’oiseaux et 5 espèces de mammifères ont disparu ou sont tout du moins fortement soupçonnées de s’être éteintes et ce malgré les efforts de conservation des gouvernements et des organisations non gouvernementales. Cependant, les chercheurs notent que si rien n’avait été fait, ces taux d’extinction auraient pu être entre 2,9 et 4,2 fois plus élevés.

Consulter l’étude