Les oiseaux peuvent s’adapter au réchauffement climatique… si leur habitat est protégé (1 mn)

Photo © Thomas Wolter de Pixabay

1652
⏱ Lecture < 1 mn.

Une nouvelle étude montre que si la transformation des habitats naturels des oiseaux d’eau est supérieure à 5% en quinze ans, ils n’arrivent plus à s’adapter par ailleurs au réchauffement climatique.

Si les effets des changements climatiques et de l’utilisation des terres sur la biodiversité ont été largement documentés, leurs effets conjoints restent mal compris. Une équipe de scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) a évalué comment les communautés d’oiseaux d’eau non-reproducteurs s’adaptent au réchauffement climatique selon un gradient de changement d’utilisation des terres. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

En utilisant des comptages d’oiseaux d’eau effectués au milieu de l’hiver, pour 132 espèces et dans 164 sites principaux de 22 pays méditerranéens, ils ont évalué les changements dans la composition des espèces entre 1991 et 2010, en réponse aux anomalies régionales et locales des températures hivernales et à la conversion des habitats naturels. Leurs résultats montrent qu’en réponse à une augmentation moyenne des températures de + 0,5° en 20 ans, les communautés sont devenues relativement plus riches en espèces vivant dans les zones chaudes, mais moins nombreuses là où il y a eu de la conversion de l’habitat naturel, qui fait diminuer la richesse globale des espèces a diminué avec le temps.

Toutefois, lorsque la transformation d’habitats naturels en milieux artificiels, agricoles ou urbains est supérieure à 5 % en quinze ans, les communautés d’oiseaux ne s’adaptent plus : le nombre d’espèces décline au cours du temps et la réorganisation des populations en réponse au réchauffement climatique n’est plus observée.

L’étude

[/ihc-hide-content]