🔻 Un crabe capable de contrer l’invasion d’algues dans les récifs coralliens

Photo d'illustration ©Nick Hobgood - Wikimedia

1402
⏱ Lecture 2 mn.

Une étude publiée dans Current Biology révèle qu’un crabe herbivore serait en capacité de régler le souci des invasions d’algues dans les récifs coralliens, notamment aux Caraïbes.

Les récifs coralliens sont de plus en plus fragiles. L’eutrophisation, la surpêche, le changement climatique et les maladies alimentent la suprématie des algues dans les récifs, et plus particulièrement ceux des Caraïbes, où elles dominent les écosystèmes auparavant riches en corail. Une étude publiée dans Current Biology révèle qu’un crabe herbivore serait efficace pour lutter contre l’invasion d’algues dans les récifs.

Des chercheurs ont testé l’efficacité du plus grand crabe herbivore, le crabe royal des Caraïbes (Maguimithrax spinosissimus) à arracher les algues des récifs coralliens. Cette espèce consomme des algues à des taux qui dépassent presque tous les autres poissons ou invertébrés brouteurs. Ils ont transplanté des crabes sur plusieurs récifs, en laissant les autres comme témoins et en surveillant ensuite la couverture benthique, le corail, le recrutement et la structure des communautés de poissons sur chaque récif de la zone pendant un an. Ils ont également comparé l’efficacité de l’herbivorie des crabes à celle de l’élimination manuelle des algues.

Les résultats prouvent que Maguimithrax spinosissimus a des effets écologiques positifs sur les récifs coralliens envahis par les algues. Ils montrent que les crabes ont contribué à l’élimination de 50% à 80% d’algues, multipliant par 35 le recrutement de coraux et la communauté de poissons de récif.

Les auteurs de l’étude soulignent que ces résultats plaident pour une augmentation de la densité de M. spinosissimus dans le cadre des efforts de restauration des récifs de coraux. Cependant, les problèmes auxquels sont confrontés ces récifs sont complexes et il est trop simpliste de penser que la transplantation de coraux et d’herbivores suffira à enrayer le déclin mondial des récifs coralliens. Les chercheurs soutiennent que pour y parvenir, il faut inverser les menaces globales que représentent le réchauffement et l’acidification des océans, les maladies des coraux et les effets néfastes de l’acidification sur les écosystèmes marins.

Lire l’étude