Quand les poissons – et les hommes ? – synchronisent leurs gènes pour se battre

1787
⏱ Lecture 2 mn.

Une nouvelle étude sur les Combattants, une espèce de poissons dont les mâles ont la réputation d’être agressifs entre eux, a démontré que lorsque les poissons se battent, les gènes dans leur cerveau commencent à s’activer et à se désactiver de manière coordonnée.

La base moléculaire de la façon dont les animaux, y compris les humains, coordonnent leurs comportements – qu’il s’agisse d’accouplement ou de combat – est un mystère. Lorsque le biologiste moléculaire Norihiro Okada, de l’université de Kitasato au Japon, a vu pour la première fois à la télévision des Combattants (Betta splendens), il a réalisé que les animaux pouvaient aider à résoudre ce mystère. Originaires de Thaïlande, ces poissons sont territoriaux et peuvent se livrer à des combats qui durent plus d’une heure, avec des coups, des morsures et des poursuites, ainsi que le montre une vidéo liée à l’étude. Ils peuvent même se bloquer les mâchoires lors de « bras de fer » versions poissons. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Okada et ses collègues ont enregistré sur vidéo plus d’une douzaine d’heures de combats entre 17 paires de poissons, puis ont analysé ce qui s’est passé – et quand – dans chaque combat. Plus le combat est long, plus les poissons synchronisent leurs cercles, leurs coups et leurs morsures. L’équipe a également déterminé que les combats sont hautement chorégraphiés. Les combats durent environ 80 minutes, par exemple, avec des pauses apparemment « convenues » entre chaque mouvement. Les combats s’intensifient toutes les 5 à 10 minutes, lorsque les poissons s’accrochent à la mâchoire de l’autre, une tactique qui empêche de respirer et constitue donc un test pour savoir qui peut tenir le plus longtemps. Puis les poissons se séparent alors pour respirer, et le cycle recommence.

Ce comportement coordonné se produit également au niveau moléculaire, ont constaté les chercheurs. Après 20 minutes de combat, cinq paires de poissons ont été sacrifiées, et les chercheurs ont comparé quels gènes étaient activés dans le cerveau des poissons avant et après le combat. Ils ont découvert que certains des mêmes gènes – des « gènes intermédiaires précoces » qui activent d’autres gènes – étaient actifs chez chaque poisson. Ils ont fait la même chose pour cinq autres paires après 60 minutes. Des centaines d’autres gènes avaient alors une expression coordonnée. Le moment où des gènes particuliers s’activent est spécifique à chaque paire de poissons, ce qui suggère que les interactions de la paire coordonnent la cascade de changements.

Okada ne sait pas exactement ce que font ces gènes ni comment ils affectent le déroulement du combat. Le combattant le plus faible doit être capable d’évaluer la force de son adversaire et d’abandonner avant de se blesser, et les gènes peuvent jouer un rôle à cet égard, suggère-t-il. Par ailleurs, des changements similaires pourraient se produire chez l’homme. Une étude des années 80, par exemple, avait montré que les traits du visage des couples mariés qui vivaient ensemble depuis longtemps avaient tendance à se ressembler de plus en plus. Selon M. Okada, cela pourrait également signaler une convergence de l’activité des gènes.

L’étude

[/ihc-hide-content]