La France : des performances environnementales contrastées (1 mn 30)

1703
⏱ Lecture 2 mn.

Où en est en la France de ses Objectifs de Développement Durable, en termes d’environnement ? Plusieurs rapports récents font le point.

Du 9 au 18 juillet s’est tenu à New York le Forum politique de haut niveau sur les Objectifs de développement durable (ODD), sous les auspices du Conseil économique et social l’ONU. La France y a présenté son avancement sur ses propres ODD, qui couvrent l’ensemble des défis du développement durable à relever d’ici à 2030, tels que le climat, la biodiversité et l’énergie. D’autres rapports et études ont également profité de l’occasion pour juger de la performance environnementale de la France par rapport aux autres pays. Les méthodes et critères de notation variant d’un rapport à l’autre, les résultats obtenus par la France ne sont pas les mêmes. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) et le Sustainable Development Solutions Network (SDSN), la France fait plutôt figure de mauvais élève. Ainsi le rapport de l’INSEE n’estime la France qu’en « position moyenne au sein de l’Union européenne » par rapport à ses ODD. Or la note est tirée vers le haut par les objectifs sociaux, car en matière purement environnementale, le constat est plutôt alarmant. L’institut fustige l’artificialisation des sols et une couverture forestière encore trop faible en France. « La forêt et autres terres boisées couvrent seulement 31 % de la surface de la France métropolitaine en 2015, en légère croissance depuis 2009 (+ 0,8 point). Cela la place parmi les pays européens ayant la couverture forestière la moins étendue, proche de l’Allemagne (32 %), sensiblement en deçà de l’ensemble de l’UE (42 %) et très loin des pays à faible densité de population tels que la Finlande (71 %), la Suède (66 %) ou la Slovénie (63 %). Par ailleurs, en 2015, les surfaces artificialisées par habitant sont plus élevées en France métropolitaine que dans une majorité de pays européens. »

De son côté, le rapport du SDSN est encore plus sévère que celui de l’Insee, notant la France en rouge pour la lutte contre le changement climatique (ODD 13) et en orange pour la biodiversité (ODD 14 et 15). « Comme pour tous les autres pays de l’OCDE, les forts taux d’émissions de CO2, les niveaux de pollution élevés et les menaces sur la biodiversité vont nécessiter en France des transformations considérables en vue d’atteindre les objectifs d’ici la date limite de 2030« . Un autre rapport contraste toutefois avec les deux premiers: l’indice de performance environnementale (EPI) calculé par l’Université de Yale place la France au second rang mondial derrière la Suisse. Elle y affiche notamment de très bonnes notes sur la vitalité des écosystèmes et sur les protections des aires marines.

[/ihc-hide-content]