Un Plan national d’actions pour le balbuzard pêcheur et le pygargue à queue blanche (1 mn)

Photo © Bernd Lindner de Pixabay

1531
⏱ Lecture 2 mn.

Deux espèces d’oiseaux piscivores, le balbuzard pêcheur et le pygargue à queue blanche, vont bénéficier d’un Plan national d’actions pour que leur habitat soit préservé, et leur dynamique de population, soutenue.

Le « Projet de plan national d’action 2020-2029 en faveur du Balbuzard pêcheur et du Pygargue à queue blanche » est en consultation publique jusqu’au 1er mars 2020. Rédigé par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), ce projet gouvernemental vise à pérenniser le retour de ces deux espèces d’aigles sur le territoire français. Le balbuzard pêcheur avait disparu de France continentale avant de s’y réinstaller spontanément en 1984 en région Centre-Val-de-Loire et depuis ses effectifs sont en progression (moins de 100 couples actuellement). [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Quant au pygargue à queue blanche, il a niché pour la dernière fois en France dans les années cinquante. Mais grâce aux populations allemandes de l’oiseau, son retour en France a été constaté en 2011 dans le Grand-Est et actuellement le pays héberge 3 couples nicheurs. Malgré une dynamique de population globalement positive pour les deux espèces, elles restent fragiles et menacées. « Les principales causes identifiées sont le dérangement dû au développement grandissant des activités de loisirs dans les espaces de nature et la destruction directe causée par les électrocutions et les intoxications par bio-accumulation de divers polluants« , explique la LPO dans un communiqué. Le Plan national d’actions propose ainsi plusieurs objectifs:

  • Acquérir davantage de connaissances sur ces espèces pour améliorer l’efficacité des mesures de conservation ;
  • Préserver l’habitat des deux espèces et accompagner l’expansion de leur aire de répartition ;
  • Soutenir les dynamiques de population en réduisant les causes de mortalité et d’échecs de la reproduction ;
  • Permettre de concilier préservation des espèces et activités humaines ;
  • Favoriser la coopération internationale avec les pays concernés ;
  • Coordonner le plan, soutenir les réseaux, promouvoir les échanges et sensibiliser

La consulation publique

[/ihc-hide-content]