Occitanie : du rififi chez les chasseurs (1 mn 30)

Photo © jacqueline macou de Pixabay

1245
⏱ Lecture 2 mn.

La Fédération nationale de la chasse (FNC) vient de saisir la justice contre la fédération audoise et parle de « discrimination ». En cause : une contribution de 5 € par sanglier chassé.

Après la guerre de communiqués, après les courriers recommandés, après les lettres au préfet rendues publiques, l’affrontement judiciaire. Rien ne va plus entre la fédération des chasseurs de l’Aude (FDC 11) d’une part, les fédérations des 5 départements limitrophes et la fédération nationale d’autre part. Motif du courroux : une contribution de 5 € par sanglier chassé sur son territoire et un chèque de caution de 50 € que la fédération audoise exige de tout chasseur membre d’une autre fédération départementale. Cette décision de la FDC 11 ayant été validée par un arrêté préfectoral,  c’est cet arrêté dont la fédération nationale demande l’annulation devant le tribunal administratif. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Au-delà de la querelle entre chasseurs, l’affaire pose la question de la régulation des populations de sangliers, et de l’indemnisation des dégâts occasionnés par la prolifération des suidés. La Fédération des Chasseurs de l’Aude a mis en place un système de participation des territoires de chasse au financement des dégâts de grand gibier. Ce dispositif est appelé « sur-cotisation Territoire Grand Gibier (STGG) ». Cette sur-cotisation est calculée selon le montant des dégâts et proportionnellement à la surface de chaque territoire. La fédération voisine du Tarn a fait, de son côté, le choix de fixer le montant de la cotisation territoriale à 0 euro.

Dans les échanges de noms d’oiseaux chassables, une phrase de la FDC 11 mérite attention : « La Fédération des Chasseurs et de la Nature de l’Aude n’a rien inventé pour capter les chasseurs extérieurs comme le sous-entend la Fédération Nationale des Chasseurs, car le carnet cynégétique existe depuis 6 ans maintenant. Ce carnet répond aux exigences de l’administration voulues par le législateur et donc par la Fédération Nationale des Chasseurs ».

Ainsi, les volontés du législateur seraient dictées par celles des chasseurs ?

[/ihc-hide-content]