Courlis cendré : réintroduit en Pologne, flingué en France ! (2 mn)

Photo © Denis Doukhan de Pixabay

1565
⏱ Lecture 2 mn.

Une association polonaise de protection des oiseaux, soutenue par la LPO, dénonce la politique française qui fait la part belle aux exigences des chasseurs, au mépris des efforts entrepris ailleurs en Europe pour sauver des espèces.

Le 26 août, la balise GPS d’un courlis cendré réintroduit en Pologne cessait d’émettre alors que l’oiseau traversait une zone de chasse en Normandie. Le même jour, le Conseil d’Etat suspendait l’arrêté de la ministre Elisabeth Borne qui autorisait –illégalement, donc !- cette chasse. La décision du Conseil d’Etat entrait en vigueur le lendemain : à quelques heures près, le courlis aurait pu être sauvé. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Cet incident, qui n’est pas le premier du genre, a suscité la colère de l’association polonaise Ocian : « Le courlis cendré est devenu un otage de la politique en France. C’est un autre exemple de la façon dont la nature est en train de perdre face au lobby de la chasse dans l’Union européenne. La France est le seul pays en Europe où la chasse au gros calibre est légale. L’espèce figure sur la liste des espèces « chassables » et la chasse est pratiquée du 8 août au 20 janvier, c’est-à-dire pendant la période où les oiseaux d’autres régions d’Europe, y compris, dans une large mesure, de Pologne, hivernent sur les côtes françaises. Le 31 juillet 2019, Elizabeth Borne, ministre en charge de l’écologie, sous la pression du lobby de la chasse, a complètement ignoré les avis de la Commission européenne, de ses propres experts (Comité d’experts sur la gestion de l’adaptation), des citoyens (consultations publiques), ainsi que les voix de nombreuses institutions et organisations naturelles nationales et étrangères, et autorisé à tirer 6000 individus ! Étonnamment, la ministre a également étendu le territoire de chasse, auparavant limité aux zones côtières, à l’ensemble du territoire français ! Le décret autorisant la chasse a été pris alors que l’on sait que l’espèce est menacée au niveau européen ! Des données récentes indiquent qu’en Europe et dans l’UE27, le déclin de la population du Grand Bal est de 30-49% sur une période de 31,2 ans (trois générations). Au Royaume-Uni, le déclin a été estimé à 59% entre 1980 et 2010, et le déclin de la population est également visible dans l’est du pays. En Russie, la tendance à long terme (1980-2012) indique une baisse allant jusqu’à 30% ! Les données ci-dessus ont conduit à l’inscription du Grand Oiseau sur la Liste rouge européenne des oiseaux (UICN 2015) ».

Signataire du traité de l’AEWA (Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie), la France aurait dû suspendre la chasse du Courlis cendré dans l’attente de l’élaboration d’un plan de gestion international censé aboutir sur un moratoire. Le gouvernement a préféré la mise en place d’un comité de gestion adaptative qui dans les faits s’avère être une manœuvre pour justifier la prolongation de la chasse de certaines espèces en mauvais état de conservation, comme le Courlis cendré ou la Tourterelle des bois.

Traité de l’AEWA

[/ihc-hide-content]