Espèces invasives : les navires doivent désormais traiter leurs eaux de ballast

1436
⏱ Lecture < 1 mn.

Signée en 2004, la convention sur le traitement des eaux de ballast est entrée en vigueur la semaine dernière.

Les eaux de ballast sont utilisées à bord des navires pour stabiliser ces derniers. Elles peuvent contenir des milliers de microbes marins ou aquatiques, de plantes et d’animaux, lesquels sont ensuite transportés dans le monde entier. Le rejet d’eaux de ballast non traitées dans le lieu de destination du navire pourrait potentiellement introduire de nouvelles espèces marines envahissantes. Des centaines d’invasions de ce type ont d’ores et déjà eu lieu, avec parfois des conséquences désastreuses pour l’écosystème local. La Convention internationale pour le contrôle et la gestion des eaux de ballast et sédiments des navires (Convention Ballast Water Management, BWM) a été adoptée en 2004 afin d’établir des règles mondiales pour contrôler le transfert d’espèces potentiellement envahissantes. Depuis le 8 septembre, les eaux de ballast doivent être traitées avant d’être rejetées dans un nouvel emplacement, afin d’éliminer les micro-organismes ou les petites espèces marines.

La règle D-3 de la Convention BWM exige que, pour satisfaire aux dispositions de la Convention, les systèmes de gestion des eaux de ballast utilisés soient approuvés par l’Administration, compte tenu des recommandations des Directives pour l’approbation des systèmes de gestion des eaux de ballast. Pour être approuvés par une Administration, les systèmes de gestion des eaux de ballast doivent être mis à l’essai dans une installation à terre et à bord des navires afin de prouver qu’ils sont conformes à la norme opérationnelle prévue par la règle D-2 de la Convention BWM. Les Directives fournissent les spécifications techniques et les procédures d’approbation et de délivrance des certificats devant être suivies par l’Administration pour l’approbation.

En savoir plus sur la Convention (en anglais)