La « jungle » de Calais reconvertie en halte migratoire… pour les oiseaux

Photo © Alonbou Fotolia

1263
Huitriers pie en vol
⏱ Lecture < 1 mn.

Les travaux de réhabilitation de l’ex-« Jungle » de Calais ont débuté lundi avec comme objectif d’en faire « un site d’exception d’un point de vue écologique et paysager », a-t-on appris auprès du Conservatoire du littoral.

« Les machines sont sur place pour le terrassement. C’est un site qui a beaucoup souffert », a déclaré à l’AFP Loïc Obled, directeur du conservatoire du littoral Manche-Mer du Nord. D’un coût de 600.000 euros, ces travaux, qui pourraient durer de trois à six mois, doivent permettre de réhabiliter le site d’une vingtaine d’hectares, avec aussi un déboisage forestier et la mise en place d’un observatoire sur les dunes. « Si la réglementation interdira de pénétrer au coeur du site, le Conservatoire du littoral a imaginé un parcours menant à un observatoire offrant au visiteur une vue d’ensemble », indique dans un communiqué l’instance qui a pour mission d’acquérir des parcelles du littoral menacées par l’urbanisation ou dégradées afin d’en faire des sites restaurés ou aménagés « dans le respect des équilibres naturels ». En raison de l’urbanisation de la côte belge et de la région autour de Dunkerque, ce lieu est également très important pour les oiseaux migrateurs, qui l’utilisent pour se reposer, d’après la même source.

Jusqu’à 7.000 migrants vivaient officiellement sur le camp de la Lande (le nom officiel de la « Jungle ») qui s’est formé au printemps 2015 avant d’être démantelé en octobre dernier par les autorités. Une trentaine de personnes ont retiré « entre 15 et 20 tonnes de déchets » ces derniers mois du site, situé à environ une heure à pied à l’est du centre-ville de Calais, selon M. Obled. L’inauguration officielle du chantier doit avoir lieu jeudi matin.