Pollution au large de Brest : l’armateur et le capitaine font appel

Photo © Mirkoni Fotolia

1700
⏱ Lecture < 1 mn.

L’armateur grec du navire à l’origine d’une pollution en février 2016 au large de Brest était condamné à une amende de 1 million d’euros et le capitaine à 30 000 euros.

« Le capitaine et l’armateur ont fait appel » du jugement rendu le 17 janvier dernier, a indiqué à l’AFP le greffe du tribunal correctionnel, précisant que le parquet et les parties civiles ont également fait appel. Lors d’un vol de surveillance effectué le 24 février, la Marine avait détecté une nappe d’hydrocarbures dans le sillage du Thisseas, un vraquier de 225 mètres. L’équipage de l’avion avait observé et filmé une pollution de 35 kilomètres de long sur 50 mètres de large, soit sur une distance particulièrement longue, dans la Zone économique exclusive (ZEE) française. Le navire, en provenance de Saint-Petersbourg et qui faisait route vers la Chine, avait été détourné sur Brest et immobilisé jusqu’au versement d’une caution de 500 000 euros par son armateur, la société Laskaridis Shipping, poursuivie en tant que personne morale.

Une dizaine d’associations s’étaient portées parties civiles, dont le syndicat de communes littorales Vigipol, France nature environnement, Sea Shepherd et, pour la première fois dans une affaire de dégazage, l’ONG Robin des Bois. Le tribunal a condamné l’armement et le capitaine à leur verser des dommages et intérêts compris entre 1 000 et 5 000 euros chacune.