Un atlas régional de l’occupation des sols

1687
⏱ Lecture < 1 mn.

Le Commissariat général au développement durable (CGDD) rend publiques, région par région, les données complètes sur l’occupation (et donc en particulier sur l’artificialisation), des sols en France.

L’artificialisation constitue un enjeu majeur dans notre vie quotidienne au regard de notre développement économique et territorial. Cette transformation des sols engendre la perte de terres agricoles, la destruction et le cloisonnement des espaces naturels et des habitats. Ces phénomènes sont préjudiciables à la préservation de la biodiversité. Cette mutation est aussi responsable de l’imperméabilisation des sols qui aggrave le risque de crues avec une accélération de l’écoulement des eaux pluviales. Sur une période de 10 ans et à l’échelle de la France métropolitaine, les surfaces nouvellement artificialisées sont évaluées en moyenne à 137 000 hectares, soit plus que la superficie du département du Val-d’Oise.

Les données de suivi de l’occupation des sols permettent d’analyser ces phénomènes. Après une première analyse à l’échelle nationale, cet atlas présente pour chaque région la structure de l’occupation des sols en 2012 et les dynamiques de son évolution sur la période 2006-2012. Riche en cartographies et graphiques, chaque portait dresse un panorama général d’une région, puis réalise des focus sur l’artificialisation des sols, les territoires agricoles et les milieux naturels, forestiers et aquatiques. Cette publication est construite avec des analyses similaires entre régions, favorisant les comparaisons. Néanmoins, les différences de méthodes entre la France métropolitaine et les départements d’outre-mer ne permettent pas de les comparer de façon détaillée. Enfin, une note méthodologique détaille, en annexe, les produits utilisés et leurs limites, ainsi que les cartes et graphiques des portraits.

Télécharger l’atlas