Fête de la nature : les prisons s’ouvrent (2 mn)

Photo © Fête de la Nature - Guillaume Dambreville

1463
⏱ Lecture 2 mn.

A l’occasion de la Fête de la Nature, qui se déroule partout en France du 22 au 26 mai, plusieurs dizaines de personnes détenues vont pouvoir bénéficier d’une permission de sortie exceptionnelle, encadrée par des experts naturalistes.

Depuis sa création, la Fête de la Nature s’est donné pour mission de favoriser une connexion entre les humains et la nature, en permettant à tous de partir à la découverte des richesses naturelles et en sensibilisant aux enjeux de leur préservation. L’édition 2019 permet de concrétiser à plus grande échelle ce qui avait été expérimenté les années précédentes : l’organisation d’activités en pleine nature pour certaines personnes détenues, souvent en fin de peine et se préparant à une réinsertion dans la société. Cette approche est l’occasion pour ceux qui sont les plus privés de nature de renouer un contact avec un environnement dont ils ont été privés et de tisser des liens avec l’équipe encadrante en dehors du cadre de détention. Cette expérience unique se veut donc bénéfique sur le plan personnel, et parfois même professionnel, avec la découverte de perspectives de métiers en lien avec la gestion des espaces naturels.

Dans le cadre d’un partenariat, l’association Fête de la Nature et l’Administration pénitentiaire ont conduit 34 projets qui toucheront 30 établissements pénitentiaires (sur 187). En Corse, avec l’appui de Corsica Natura, organisme local spécialisé dans les séjours en pleine nature, les personnes détenues partiront pour une randonnée de trois jours sur le sentier du GR20 Sud. Elles visiteront une bergerie toujours en activité, découvriront des Pozzi (pelouses tourbières), des lacs d’altitude et feront l’ascension du Monte Renoso (plus haut sommet de Corse du sud -2352m-). 5 à 6 heures de marche par journée, avec un dénivelé de 600 à 800 mètres ! La sortie sera encadrée par un guide montagne de « Corsica Natura », un gradé de détention, un moniteur de sport et un conseiller d’insertion et de probation. Au centre de détention de Mauzac (Dordogne), les « résidents » pourront participer à un atelier sur la permaculture, ou visiter des jardins et échanger avec des jardiniers. 

A la maison d’arrêt de Nanterre, un forum préparé par les personnes détenues réunira autour du potager les intervenants de l’association Ville en herbes et des élèves de BAC pro. Ces derniers proposeront des cartels explicatifs, des étiquettes pour les plantes, et réaliseront le carton d’invitation du forum. Trois stands seront proposés sur le site même du potager, animés par les personnes détenues ayant participé à la réalisation du potager. Le 24 mai, le potager sera inauguré en présence de la presse. « Notre mission, c’est notamment d’éviter la récidive et la réitération d’infractions, explique Gwendal Hélary, le référent national pour la politique culturelle et sportive de l’Administration pénitentiaire. Pour cela, nous devons évidemment préparer, avec les personnes détenues, leur sortie et leur réinsertion. Il nous paraît donc essentiel de leur permettre d’accéder à des propositions « de droit commun », ouvertes à tous. Comme tous les citoyens, ils ont le droit de découvrir leur environnement, de visiter des sites d’exception, et d’observer la nature, voire d’être eux-mêmes porteurs d’un message de protection ».

Le programme de l’Administration pénitentiaire pour la Fête de la nature

Le programme complet de la Fête de la nature 2019