Chasse à la baleine : les Féringiens s’empoisonnent avec une viande au mercure (1 min)

Photo ©-kitkorzun-Fotolia

1626
⏱ Lecture < 1 mn.

L’abattage des baleines pilotes aux Îles Féroé a été, pour la 1ère fois, ouvertement décrié par les autorités sanitaires du Danemark : la viande des cétacés serait impropre à la consommation humaine.

Le « Grindadráp » : tel est le nom de la tradition ancestrale de chasse à la baleine des Îles Féroé, au Danemark. Chaque année, des milliers de baleines pilotes sont abattues légalement, en vertu d’une dérogation culturelle aujourd’hui décriée par les protecteurs de l’environnement. Les Féringiens rabattent des familles entières de baleines longeant les côtes vers des criques où elles sont tuées à l’arme blanche. Leur viande est ensuite distribuée à la population locale. Cette méthode est défendue par le ministre féringien de la pêche, Høgni Hoydal, en ces termes : « nous considérons notre législation et tout notre système de chasse des cétacés comme le mode d’exploitation le plus durable qui soit ». Pourtant, pour la première fois, les autorités sanitaires du Danemark viennent de condamner la pratique, non en vertu de l’écologie, mais pour préserver la santé des habitants. En effet, la chair des baleines pilotes posséderait une haute teneur en mercure en polluants organiques persistants (POP), des substances qui affectent le système immunitaire humain ainsi que le développement neurologique. Ainsi, manger de la viande de ces cétacés « est si problématique pour la santé des Féringiens que nous leur avons demandé de faire ce sacrifice culturel. Car c’est un sacrifice de ne plus consommer cette nourriture traditionnelle », explique Pál Weihe, Directeur du département de médecine et de santé publique sur l’archipel. Dès 1998, les autorités avaient émis des recommandations quant à la consommation de viande des cétacés, en vain.