Ségolène Royal en Guyane pour la conférence de la convention de Carthagène

1421
⏱ Lecture 2 mn.

Au programme : la protection de la biodiversité de la zone Caraïbe

Depuis le 13 Mars et jusqu’au 17 Mars 2017 à Cayenne, en Guyane, la France accueille la 14e Conférence des parties (COP) de la convention de Carthagène pour la protection du milieu marin de la région des Caraïbes. La convention de Carthagène a été signée en Colombie le 24 mars 1983 et regroupe aujourd’hui 25 états riverains de la zone « Grande Caraïbe », qui s’engagent à préserver et valoriser la biodiversité unique d’un espace qui s’étend de la Guyane à la Floride et du Mexique à la Barbade. Dans le cadre de la convention, trois protocoles ont été signés : le SPAW (Specially Protected Areas and Wildlife) liste les espèces sauvages et les aires marines à protéger totalement ou dont il faut surveiller l’évolution. Le protocole LBS (Land-Based Sources and Activities) se focalise sur le développement durable, l’alliance entre la mise en valeur des ressources naturelles et la croissance économique. Enfin, le protocole « Oil Spill » concerne la coopération entre les États parties dans le renforcement des mesures pour prévenir et répondre aux risques de marées noires.

Placée sous l’égide du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), la COP accueille, du 16 au 18 Mars, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, qui présidera un segment ministériel le 17 mars, pour aboutir à une déclaration commune, l’appel de Guyane, qu’elle proposera afin d’accélérer la préservation et la valorisation de la biodiversité de la zone Caraïbe. « Cette conférence s’inscrit dans la dynamique de mobilisation internationale sur l’océan et la protection des milieux marins que la France entend stimuler, a indiqué la ministre de l’Environnement. Les mangroves, les récifs de coraux, les espèces animales et végétales rares du bassin caribéen représentent un écosystème extraordinaire à protéger. » Ségolène Royal participera aussi aux célébrations des 10 ans du Parc naturel amazonien de Guyane lancé lors du Sommet de Rio en 1992, et rencontrera les chefs coutumiers amérindiens et bushinengués. Après la conférence, le 18 mars, elle inaugurera, à Saint-Georges de l’Oyapok, le pont sur le fleuve Oyapok qui relie la France au Brésil.

Dans un communiqué, la député de Guyane Chantal Berthelot a salué vendredi « la nomination d’une mission ministérielle chargée d’explorer les opportunités et les pistes susceptibles de contribuer à consolider et à développer le tissu économique et social en Guyane dans les métiers liés à la protection et à la valorisation de la biodiversité terrestre et marine ». Cette mission devra proposer « un plan d’actions précis et opérationnel ainsi que des propositions réalistes, chiffrées et argumentées qui permettront de faire de la biodiversité guyanaise un levier de développement économique et social au niveau local », précise la députée.