Au moins 28 espèces d’oiseaux et mammifères ont échappé à l’extinction depuis 1993

Photo d'illustration © skeeze - pixabay

1487
⏱ Lecture 2 mn.

La Society for Conservation Biology a publié une étude menée par des chercheurs de l’Université de Newcastle, en collaboration avec l’ONG Birdlife International. Les résultats montrent que de nombreuses espèces d’oiseaux et mammifères ont pu être préservées grâce à la Convention sur la diversité biologique, entrée en vigueur en 1993.

En 1993, les parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB), ont adopté un plan ambitieux rassemblant 20 des objectifs de biodiversité d’Aichi. Le numéro 12 stipule que « D’ici à 2020, l’extinction d’espèces menacées connues est évitée et leur état de conservation, en particulier de celles qui tombent le plus en déclin, est amélioré et maintenu ». Une évaluation à mi-parcours indiquait que de nouvelles extinctions étaient à prévoir d’ici 2020, mais que certaines espèces avaient tout de même pu être préservées.

Les résultats sont « inspirants », souligne l’ONG Birdlife. Au moins 28 espèces d’oiseaux et mammifères ont été préservées depuis 1993. Ce nombre correspond au bas de la fourchette estimée par les experts. Selon l’étude, les chiffres varieraient entre 21-32 espèces d’oiseaux et entre 7 et 16 espèces de mammifères préservées de l’extinction. Les résultats collectés indiquent que sans intervention, le taux d’extinction serait beaucoup plus élevé. Pour mener leur étude, les chercheurs se sont basés sur deux périodes : 1993-2020 (entrée en vigueur de la CDB à aujourd’hui) et 2010 – 2020 (qui correspond approximativement à la période fixée par les objectifs d’Aichi pour la diversité biologique). Ils ont établi une liste d’espèces d’oiseaux et de mammifères pour lesquelles les mesures de la conservation ont permis d’éviter l’extinction. Les résultats ont été combinés avec le nombre d’extinctions connues pour quantifier l’effet des mesures de conservation sur les taux d’extinction observés.

Les résultats indiquent que l’extinction d’au moins 28 à 48 espèces d’oiseaux et de mammifères a été évitée entre 1993 et 2020, et de 11 à 25 espèces d’oiseaux et de mammifères entre 2010 et 2020. Dans le même temps, 15 extinctions d’oiseaux et de mammifères confirmées ou fortement suspectées ont été documentées depuis 1993, dont une depuis 2010. Pour arriver à leur conclusion, les chercheurs ont analysé différentes données : la taille des populations, leurs évolutions, les menaces présentes et les mesures de conservation prises pour protéger les espèces d’oiseaux et mammifères les plus menacées. Les analyses fournissent un message positif selon lequel la conservation a considérablement réduit les taux d’extinction des oiseaux et des mammifères.

À noter que toutes les espèces dites « préservées », ne sont pas des succès de la conservation. La conservation peut avoir ralenti le déclin de certaines espèces, mais ne va pas pouvoir l’arrêter. D’autres paramètres sont à prendre en compte notamment les menaces comme les espèces invasives pour les oiseaux. Pour ce qui est des mammifères, la législation les protège de la pêche accidentelle ou de la chasse mais pas nécessairement de l’agriculture / aquaculture intensive ou de l’exploitation forestière.

Les résultats de l’étude montrent tout de même que malgré la perte continue de la biodiversité, un nombre important d’extinctions a été évité depuis la création de la CDB. Même si l’objectif 12 d’Aichi n’a pas été atteint le taux d’extinctions depuis son adoption aurait été au moins deux fois plus élevé sans action de conservation.

Consulter l’étude (en anglais)