🔻 Ours : une nouvelle équipe spécialisée dans l’effarouchement

Photo d'illustration © Erik-Mandre

1548
⏱ Lecture < 1 mn.

L’Office Français de la Biodiversité (OFB) a mis en place une nouvelle équipe spécialisée dans l’effarouchement de l’ours. La création de cette équipe fait suite à la publication en juin dernier d’un arrêté ministériel qui a reconduit les mesures expérimentales d’effarouchement.

Six agents spécialisés dans l’effarouchement de l’ours sont venus renforcer les effectifs de l’OFB. Ils sont depuis le début de l’été, intégrés à une brigade existante dédiée aux grands prédateurs terrestres. Les nouveaux agents agissent sur plusieurs estives ariégeoises et haut-pyrénéennes. « Cette équipe compte déjà à son actif l’effarouchement de plusieurs individus », indique l’OFB.

L’effarouchement de l’ours consiste à se rapprocher de l’animal à une distance comprise entre 30 et 50 mètres et à le toucher à l’arrière-train par des balles en plastique tirées par un fusil afin de le faire fuir et protéger les troupeaux. L’OFB précise que ces techniques sont instaurées « dans les zones de fortes prédations, quand les mesures mises en œuvre par l’éleveur (présence de bergers, regroupement nocturne, parc de nuit, chiens de protection, effarouchement simple) ne sont pas suffisantes pour protéger efficacement le troupeau ».

Cette pratique s’inscrit dans le protocole d’accompagnement des éleveurs, qui a été présenté le 2 juillet par le préfet de la région Occitanie à l’occasion d’une réunion de groupe intitulée « pastoralisme et ours ». Les résultats obtenus par l’OFB pourraient ouvrir la voie à une reconduction d’une pratique plus régulière de l’effarouchement : « ces interventions ne peuvent être étendues que si des mesures de protection adéquates ont déjà été déployées, et reposent sur le triptyque « berger /parc de nuit /chien de protection »