Comment bien nourrir les oiseaux de nos jardins ?

Photo d'illustration ©Mrdidg de Pixabay

1889
⏱ Lecture 2 mn.

L’Office Français pour la Biodiversité (OFB) propose quelques règles pour s’assurer que le nourrissage récréatif des oiseaux des jardins soit le plus favorable possible à leur santé.

Et oui, les oiseaux aussi doivent avoir une bonne alimentation.  Leur nourrissage peut contribuer aux transmissions de maladies entre oiseaux, d’où l’importance d’être bien renseigné. Pour réduire l’apparition de maladies au sein des populations d’oiseaux de jardin tout en les aidant à améliorer leurs chances de survie hivernale, l’Office Français de la Biodiversité (OFB) propose d’adopter de bonnes pratiques :

  • Ne pas agrainer en dehors de la période hivernale, certaines maladies étant hautement saisonnières
  • Conserver le stock d’aliments au sec et à l’abri des rongeurs. Vérifier l’absence de moisissure avant de distribuer.
  • Ne pas distribuer les graines aux oiseaux en les mettant directement sur le sol pour éviter qu’elles ne moisissent ou ne se contaminent avec des germes présents dans le sol ou dans les fientes d’oiseaux.
  • Mettre des aliments de nature différente sur des points d’agrainage éloignés de façon à éviter les contacts entre espèces qui ne se côtoient normalement pas ou peu dans la nature.
  • Alterner les sites de nourrissage dans le temps pour éviter une concentration trop importante de germes sur un site.
  • Nourrir avec modération et ajuster les quantités pour qu’elles soient consommées dans les 2 jours maximum.
  • Nettoyer régulièrement les stations d’agrainage et les points d’eau en retirant les graines non consommées et les fientes (laver au savon, rincer abondamment, puis appliquer une solution désinfectante).
  • Porter des gants et se laver les mains après chaque manipulation de mangeoire, de récipient pour l’eau ou après contact avec les oiseaux ou leurs déjections.

Si des oiseaux malades sont observés dans le jardin en période de nourrissage, il ne faut pas les attraper ni tenter de les soigner soi-même. Il faut alors stopper le nourrissage et l’abreuvement afin de réduire les risques de transmission aux oiseaux en bonne santé.