🆓 Les dauphins font le « Haka » pour protéger leurs femelles (2 mn)

Photo © Anja de Pixabay

1640
⏱ Lecture 2 mn.

Comme les All-Blacks néo-zélandais sur les terrains de rugby, les dauphins font le Haka : une danse coordonnée, rythmée par des cris, pour montrer leur force et impressionner l’adversaire.

On pensait jusque-là que la capacité de coordonner des actions sur un rythme sonore était une particularité propre à l’Homme. Les dauphins de la baie de Shark, au large de la côte de l’Australie occidentale, à 800 kilomètres au nord de Perth, apportent un démenti formel, selon une étude scientifique publiée dans les Actes de la Royal Society B de Londres. Des groupes de 14 dauphins mâles au maximum forment des alliances à vie : ensemble, des sous-groupes de trois dauphins surveillent de près les femelles et leurs petits-amis potentiels. Ils nagent, tournent et remontent à la surface à l’unisson pour garder les femelles, une à la fois, et les rassembler en « troupeau » plus facile à surveiller.

Les chercheurs ont laissé dériver quatre microphones sous-marins derrière un bateau à moteur et ont enregistré 172 cas où plusieurs mâles « sautaient » ensemble. Lorsque ces mâles sautent seuls, leur tempo et leur rythme varient. Mais lorsqu’ils sautent ensemble, ils le font en même temps et au même rythme, ce qui laisse penser qu’ils utilisent les sons pour améliorer leur coopération, Les scientifiques ont remarqué que ces mâles émettent souvent un cri unique, une série de deux à 49 sons très courts, 10 par seconde, renouvelé autant de fois que nécessaire.

Ces « affichages synchrones » sont observés chez de nombreuses sociétés animales, des éclairs pulsés des lucioles à la marche militaire chez les humains. De tels affichages sont connus pour faciliter l’attraction des compagnons ou la qualité de la relation de signalisation. Chez de nombreuses espèces, les comportements synchrones des mâles semblent toutefois être motivés par la compétition, tandis que chez l’homme, ils étaient considérés comme uniques en ce qu’ils ont une fonction de coopération. En effet, il est bien établi que la synchronie humaine favorise les efforts de coopération et augmente le succès des tâches d’action commune. Des travaux antérieurs avaient déjà révélé l’importance de la synchronisation motrice dans le comportement d’alliance des dauphins. Cette nouvelle étude montre que les dauphins alliés s’engagent également dans une coordination acoustique par laquelle les mâles s’adaptent activement au rythme et, dans certains cas, synchronisent la production de leurs vocalises de menace lorsqu’ils contraignent les femelles. Cette découverte démontre que les dauphins mâles sont capables de coordination acoustique dans un contexte de coopération et, de plus, suggère que la coordination motrice et acoustique sont des caractéristiques du comportement de coalition qui ne sont pas limitées aux humains.

Lire l’étude