La chute de l’empereur (1 mn 30)

1039
⏱ Lecture 2 mn.

Une nouvelle étude prédit que 86% des manchots empereurs auront disparu d’ici 2100 si le réchauffement climatique se poursuit à son rythme actuel.

Si le climat mondial continue de changer à son rythme actuel, la plupart des manchots empereurs pourraient disparaître d’ici la fin du siècle, prédit une nouvelle étude. Les manchots empereurs ont besoin de glace de mer stable en Antarctique pour se développer. Ils l’utilisent comme plate-forme de reproduction, pour élever des poussins, muer, se nourrir et se protéger des prédateurs. La glace de mer influence également la nourriture dont dépendent les manchots, comme le krill de l’Antarctique. Ainsi, les fluctuations de la glace de mer affectent directement la survie des oiseaux : si la glace de mer se brise tôt, les poussins peuvent avoir du mal à vivre ; si la couverture de glace de mer est plus élevée que d’habitude, les pingouins doivent aller plus loin pour se nourrir. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Des chercheur ont voulu prédire comment les 54 colonies connues de manchots empereurs réagiraient aux changements des conditions de la glace de mer selon trois scénarios climatiques futurs : celui où aucune mesure n’est prise et où les émissions de gaz à effet de serre continuent à leur rythme actuel ; celui où l’augmentation des températures mondiales est limitée à 2°C (3,6°F) de plus qu’avant les activités industrielles et celui où l’augmentation maximale est restreinte à 1,5°C. Ils ont combiné un modèle climatique global qui projette la formation de la glace de mer selon différents scénarios climatiques et un modèle des populations de pingouins qui prédit comment les colonies de pingouins réagiraient aux changements de la glace de mer. Les résultats suggèrent que dans le cas du scénario du statu quo, où les pays ne parviennent pas à stopper le changement climatique, le nombre de manchots diminuera d’environ 86 % d’ici 2100, et ce probablement de façon irréversible.

Cependant, si les nations parviennent à limiter les émissions et l’augmentation de la température mondiale à 2°C, alors le nombre de manchots empereurs diminuerait d’environ 44 %. Enfin, si l’augmentation de la température mondiale est restreinte à 1,5 degré Celsius, cela entraînerait une baisse de 31 % de la population de manchots, laissant une chance aux oiseaux de se rétablir. Dans un scénario où le monde atteindrait les objectifs climatiques de Paris, les scientifiques prévoient que la population mondiale de manchots empereurs se stabiliserait presque d’ici 2100, et que des refuges viables resteraient disponibles pour soutenir certaines colonies.

L’étude

[/ihc-hide-content]