Les petits bois plus « efficaces » que les grandes forêts (1 mn 30)

Photo © Elisa-Locci-Fotolia.

1637
⏱ Lecture 2 mn.

Des chercheurs ont fait une trouvaille surprenante : les petits bois anciens ont un potentiel plus élevé d’offrir de multiples services écosystémiques par zone que les grandes forêts anciennes.

La perte et la fragmentation des forêts à l’échelle mondiale ont fortement augmenté le nombre et la fréquence des parcelles forestières de moins de quelques hectares. Peu de choses sont connues sur la biodiversité et le potentiel d’approvisionnement en services écosystémiques de ces petites forêts, même si l’on pourrait penser qu’ils sont moindres que ceux des grandes forêts. Une équipe de scientifiques européens, dont des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ont recueilli des données sur la diversité de six groupes taxonomiques couvrant les invertébrés, les plantes et les champignons, ainsi que sur le potentiel d’approvisionnement de cinq services écosystémiques et d’un service préjudiciable dans 224 régions forestières tempérées d’Europe. Ils ont mis en relation leur capacité à fournir simultanément de multiples services écosystémiques à différents niveaux de performance, avec la biodiversité, la taille et l’âge des parcelles forestières, ainsi que la disponibilité et la connectivité des habitats dans le paysage. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

De façon inattendue, en dépit de leur faible diversité, les petits bois avaient le potentiel d’offrir de multiples services à des niveaux de performance plus élevés par zone que les grandes forêts d’âge similaire. « Carbone mieux stocké, plus de nourriture pour le gibier, moins de tiques… Les bois de petite taille s’avèrent, toutes proportions gardées, plus ‘efficaces’ que les grandes forêts, même si celles- ci hébergent une biodiversité animale et végétale plus importante« , indique le CNRS dans un communiqué. Les grandes forêts anciennes abritent des niveaux élevés de biodiversité et peuvent donc fournir un certain nombre de services écosystémiques. En revanche, les petites forêts dans les paysages agricoles, en particulier les forêts anciennes, ont un potentiel plus élevé d’offrir de multiples services écosystémiques par zone. « Par exemple, par unité de surface, les petits bois de moins d’un hectare stockent plus de carbone, par unité de surface, dans le sol, procurent davantage de nourriture, par unité de surface, au gibier et diminuent la densité de tiques (donc les risques de transmission de la maladie de Lyme)« . Malgré leur importante contribution à la multifonctionnalité des paysages agricoles, les petites forêts ne sont actuellement pas prises en compte par les politiques publiques. « Ces résultats mettent en lumière les ressources des petits bois utiles aux agriculteurs et à la société de manière générale […] et suggèrent de proposer des stratégies de conservation et un statut de protection pour les petits bois. »

L’étude

[/ihc-hide-content]