Les Agences de l’eau ne veulent pas payer « pour les Parcs nationaux » !

1645
⏱ Lecture 2 mn.

Priées d’abonder à la fois le budget de l’Etat et celui de l’Agence française de la biodiversité, les Agences de l’eau affichent leur mécontentement.

Les 7 Présidents de Comités de Bassin accompagnés des 6 Directeurs d’Agence de l’eau et de leurs représentants ont été reçus début août au ministère de la Transition écologique et Solidaire par le Ministre d’Etat Nicolas Hulot et ses deux Secrétaires d’Etat Sébastien Lecornu et Brune Poirson. Les Présidents ont rappelé au ministre l’efficacité de la gestion de l’eau par Bassin versant. « Les défis qui sont devant nous sont énormes » a rappelé François Sauvadet, président de la conférence des présidents de comités de bassin : atteindre 100 % de bon état des eaux en 2027 ; réussir la prise en main de la GEMAPI par les collectivités ; élargir les compétences des Comités à la biodiversité ; assumer le renouvellement des réseaux et la lutte contre les fuites ; s’adapter au changement climatique…

« Sur l’ensemble de ces sujets, on ne peut pas demander aux agences de l’eau de faire toujours plus avec moins de moyens. Les Comités de Bassin devront faire des choix et les assumeront» ont affirmé les présidents aux ministres. Ils ont en outre rappelé que le budget des agences provient des redevances sur l’eau payées par les consommateurs et les usagers. Elles n’ont, pour eux, « pas vocation à alimenter le budget des parcs nationaux ou de l’office national de la chasse et de la faune sauvage ».

Deux arrêtés du ministre de l’écologie fixent les montants que chaque Agence de l’eau doit verser, pour l’année 2017, à l’Agence française de la biodiversité d’une part, et au budget de l’Etat d’autre part.

Lire l’arrêté du 25 avril 2017 relatif à la contribution financière des agences de l’eau à l’Agence française pour la biodiversité

Lire l’arrêté du 13 avril 2017 relatif à la mise en œuvre du prélèvement prévu à l’article 32 de la loi de finances pour 2015