Démarrage sur les chapeaux de roue pour le LIFE Vison (1 mn 30)

Vidéo : relâcher d’un vison par la LPO.

1642
⏱ Lecture 2 mn.

Début mars, dans le cadre d’un projet LIFE destiné à la préservation du rare Vison d’Europe, la LPO a pu capturer six individus de cette espèce menacée et les pucer.

Le Vison d’Europe, classé en danger critique d’extinction en Europe, est l’une des trois espèces de mammifères les plus menacées en France. Pour sa survie, cet animal est très dépendant des milieux humides (étangs, marais, prairies humides…) riches en proies et en cachettes. L’espèce subit plusieurs menaces, dont la compétition alimentaire avec le Vison d’Amérique (élevé en France pour sa peau et qui s’échappe parfois des élevages), la destruction de son habitat et les collisions avec les véhicules, qui ont provoqué un déclin d’au moins 90% de ses effectifs sur le territoire au cours du XXè siècle. Son aire de répartition se limite désormais à sept départements du sud-ouest de la France.

En septembre 2017, un programme LIFE Vison, coordonné par la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) et doté de fonds européens, a débuté pour 5 ans afin de maintenir, et si possible accroître, la population de Vison d’Europe en France. Avec le soutien d’acteurs locaux, des actions sont mises en place sur des sites prioritaires : aménagements hydrauliques permettant le passage des visons à pied sec, restaurations d’habitats, suivi de l’espèce par le biais d’opérations de puçage ou encore implantation de zones refuges le long de la Charente, où se trouve le noyau de population français et, à ce jour, aucun Vison d’Amérique.

En mars dernier, une campagne de recensement menée par la LPO au cœur des marais de Rochefort s’est soldée par l’identification de six Visons d’Europe, quatre femelles et deux mâles, en seulement 10 jours. Après avoir été équipés d’une puce, les individus ont été relâchés. Ces campagnes de recensement « vont permettre d’acquérir davantage de connaissances sur le Vison d’Europe : sa répartition, la période de reproduction, les habitats fréquentés », a précisé la LPO dans un communiqué.