Le castor, allié discret de l’environnement, est de retour dans les rivières françaises

43
Jürgen de Pixabay
⏱ Lecture 3 mn.

Barrière contre l’érosion, créateur de zones humides ou régulateur des cours d’eau … Le castor, quasiment éteint en France il y a une centaine d’années, prospère désormais dans les fleuves et rivières de l’Hexagone, apportant discrètement sa pierre à la lutte contre les effets du changement climatique.

« Là on peut dire avec certitude qu’un castor est passé par là ». Penché sur une branche de saule pleureur, Stéphane Tessier, un naturaliste membre de l’association Perche Nature, est formel: cette coupe nette en biseau avec de petites dentelures façonnées par les dents du rongeur, « c’est un indice probant ».

Le castor « a arraché l’écorce puis le bois dur jusqu’à couper cette branche d’environ cinq à six centimètres pour aller la manger plus loin. Ça a dû lui demander 15-20 minutes de travail », précise David Caille, agent de l’Office français de la biodiversité (OFB).

Les deux hommes appartiennent au Réseau Castor, qui recense les traces de l’animal pour permettre aux autorités de prendre des arrêtés interdisant certains pièges. Car le castor, longtemps chassé pour sa fourrure, est une espèce protégée.

Au début du XXe siècle, seuls quelques dizaines d’individus subsistaient en France. Aujourd’hui, ils sont autour de 20.000 sur l’ensemble du territoire, fruit d’une réintroduction réussie.

Dans le Loir-et-Cher, le plus gros rongeur d’Europe – il peut peser dans les 25 kg – a fait son retour dans les années 1970. Depuis, même s’il est difficile d’estimer leur nombre exact, ses traces se retrouvent couramment le long des cours d’eau.

Méconnaissance

Souvent confondu avec le ragondin – une espèce invasive – et parfois décrié pour les inondations que ses barrages peuvent entraîner sur les parcelles agricoles, de la Meuse à l’Ecosse, le castor a des effets sur son environnement pourtant « bien davantage bénéfiques que négatifs », soulignent MM. Caille et Tessier.

« C’est vrai qu’il y a de la méconnaissance, et parfois un manque de tolérance à la cohabitation avec le vivant », estime le naturaliste. Pourtant le castor est « une des rares espèces capable de modeler son milieu à ses besoins, et son travail est précieux pour les écosystèmes », explique David Caille.

Végétarien, ce mammifère aux dents acérées se nourrit principalement d’écorces et de branchages. « Il va avoir tendance à abattre une partie de ce qu’il va consommer, ce qui va rajeunir la végétation, créer des trouées amenant de la lumière, et donc favoriser tout un cortège d’autres espèces », selon l’agent de l’OFB.

Des études ont montré que la biomasse peut être multipliée jusqu’à 80 en présence de castors.

Sur le Loir, il joue aussi un rôle « d’entretien des berges là où l’homme le fait de moins en moins », luttant ainsi contre l’érosion des rives, souligne M. Tessier.

Stockage de carbone

Ses constructions de boue et de branchages, principalement sur des petits cours d’eau, ont aussi un rôle de lutte contre les inondations, pouvant réduire les débits de crues jusqu’à 60%, selon une étude britannique menée sur une rivière du comté du Devon.

« Ça a tendance à retenir l’écoulement, ce qui permet aussi à l’eau de mieux s’infiltrer dans le sol », favorisant le remplissage des nappes phréatiques. Et dans beaucoup de rivières, ses digues retiennent les sédiments qui absorbent et filtrent les polluants, explique l’OFB.

Face à la sécheresse, les castors peuvent recréer des mini-zones humides en bloquant l’eau, servant de refuge aux insectes et batraciens. En cas d’incendies, elles peuvent également stopper la progression des flammes.

Ces marécages, en stockant de la matière organique ou des sédiments, servent également à retenir le carbone, principal responsable du réchauffement climatique.

En 2018, des chercheurs finlandais avaient calculé que chaque année, les zones humides créées par les castors pouvaient stocker jusqu’à 470.000 tonnes de carbone, mettant toutefois en garde contre un risque d’inversion dans certaines régions.

Mais globalement, malgré ces incertitudes, « je parierais que (les ouvrages de castors) stockent plus de carbone qu’ils n’en produisent », estimait dans une autre étude Jennifer Edmonds, écologiste à l’Université de l’Alabama.