Awatef Abiadh : une « héroïne de la biodiversité » basée à la LPO

Photo © LPO-Louis-Marie Preau

1850
⏱ Lecture 2 mn.

Le Fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques (CEPF) a nommé Awatef Abiadh ainsi que neuf autres écologistes du monde entier « Hotspot Heroes » pour leurs efforts de protection au sein des hauts lieux de la biodiversité mondiale.

Les lauréats ont été choisis parmi les centaines d’organisations de la société civile qui ont reçu des subventions du CEPF dans les dix hotspots mondiaux de la biodiversité où le fonds est actuellement actif. Le CEPF reconnaît ces héros dans le cadre de la célébration de son 20e anniversaire.

Basée à la LPO, Awatef Abiadh fait partie de l’équipe régionale de mise en œuvre pour le Bassin Méditerranéen et soutient à ce titre les projets financés en Afrique du Nord. Dans le cadre de ses missions, elle a ainsi travaillé avec plus de 50 bénéficiaires du CEPF au Maroc, en Tunisie, en Algérie, en Libye et au Cap vert. Elle sert également de point focal sur les questions de genre au sein du CEPF pour la région, aidant notamment les bénéficiaires à mieux prendre en compte la notion de genre dans leurs projets. Elle est un modèle pour les femmes qui agissent pour la conservation dans les pays méditerranéens. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″]

En Libye, où la protection de la nature est naissante et peu reconnue, Awatef a joué un rôle déterminant en aidant les bénéficiaires du CEPF à recevoir des fonds et à adapter leurs projets lorsque des risques survenaient en termes de sécurité. Elle a également animé des cours universitaires et organisé des sessions de formation pour ces organisations.

« Awatef a contribué à favoriser la création d’un groupe de bénéficiaires incroyablement enthousiastes, travaillant étroitement les uns avec les autres. C’est une véritable figure emblématique dans ces pays », a déclaré Liz Smith, chef de l’équipe régionale de mise en œuvre du CEPF.

Awatef a grandi dans la campagne tunisienne et a tissé très tôt un lien avec la nature. Elle a commencé sa carrière comme enseignante, d’abord dans les écoles puis à l’Université de Tunis où elle a créé un club environnemental.

Grâce à une expérience de bénévolat sur la gestion des espèces envahissantes sur Zembretta, elle s’est passionnée pour les processus de restauration des écosystèmes par la mise en place d’actions concrètes. Elle a changé d’orientation professionnelle pour se diriger vers la conservation et, en 2012, a brillamment obtenu son doctorat en biologie à l’Université de Tunis. Elle a depuis publié de nombreux articles scientifiques sur l’écologie et l’évolution.

« Awatef a mis énormément d’énergie dans le hotspot et a contribué au succès du CEPF dans cette partie du monde au cours des sept dernières années. Personne dans la région ne s’opposerait à ce qu’elle soit dénommée comme une héroïne», a déclaré Pierre Carret, directeur des subventions du CEPF.

[/ihc-hide-content]