Protégeons ceux qui nous protègent : les insectes !

1458
⏱ Lecture < 1 mn.

Dans une tribune publiée dans le cadre de la Fête de la science 2020, The Conversation revient sur le caractère héroïque des insectes aujourd’hui très menacés.

On ne les apprécie pas beaucoup et pourtant, les insectes sont indispensables à notre sécurité. Seulement, la biomasse de ces petites bêtes a diminué au cours des 40 dernières années parfois de 75% dans certaine région d’Europe. La destruction de l’habitat naturel ou son altération par l’utilisation des pesticides affectent la biodiversité des insectes. La mondialisation des échanges est responsable de l’arrivée d’espèces envahissante et réchauffement climatique modifie les aires de distribution de nombreux insectes et favorise leur implantation. Ces phénomènes peuvent à termes avoir de grosses répercutions sur notre sécurité, notamment la sécurité alimentaire.

Dans une tribune publiée dans le cadre de la fête de la science 2020, The Conversation rappelle que les insectes représentent environ 50 % de tous les organismes vivants connus sur la terre. « Par leur abondance et leur diversité, ils constituent une composante essentielle de la vie terrestre ». Les deux auteurs, Fabrice Requier (Université de Paris-Saclay) et Olivier Dangles (institut de recherche pour le développement, IRD) retracent le rôle essentiel des insectes dans le maintien de notre biodiversité et de notre sécurité aussi bien alimentaire que sanitaire.  » Tout d’abord, rappellent-ils, les insectes sont une ressource alimentaire directe pour les oiseaux, les mammifères et les amphibiens. Mais les ils ne fournissent pas seulement de la nourriture à d’autres organismes ; ils leur apportent également des services écosystémiques qui permettent le maintien et l’équilibre dynamique des écosystèmes tels que la pollinisation, le cycle des nutriments et la lutte biologique. Ces facultés sont également clés pour la sécurité alimentaire, la santé humaine et le développement économique, car l’agriculture en bénéficie tous les jours ».

Lire la tribune