Congrès de l’UICN : une recommandation pour généraliser les alternatives aux pesticides

1662
⏱ Lecture < 1 mn.

Une des 109 recommandations votées au Congrès mondial de la nature de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) prévoit de généraliser les alternatives aux pesticides.

Elle pourrait bien devenir la recommandation emblématique du Congrès mondial de la nature de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) de 2020. Parmi les 109 recommandations votées, l’association d’intérêt général Noé, dont la mission est de sauvegarder la biodiversité, a porté avec les experts de la Commission « Droit et politiques environnementales » du Comité français de l’UICN une recommandation “Généraliser les pratiques et techniques alternatives à l’utilisation des pesticides de synthèse”.

L’utilisation de produits phytosanitaire de synthèse est un débat de longue haleine. L’UICN explique par ailleurs qu’il s’agit d’une des causes principales du déclin de la biodiversité au niveau mondial. Les pesticides sont responsables du déclin des populations d’insectes pollinisateurs et de vers de terre, ont un impact sur notre santé, mais sont également responsable de la dégradation des sols affectant la qualité de l’eau.

La recommandation portée par l’association Noé incite à l’adoption massive de pratiques issues de l’agroécologie et de l’agriculture biologique, ainsi qu’à un arrêt définitif de l’utilisation de ces produits phytosanitaires dans la gestion des espaces verts publics et privés. Cette motion a récolté près de 90% de votes favorables des membres de l’UICN. Cela envoie « un signal fort aux gouvernements nationaux et locaux, aux acteurs privés et aux citoyens, en leur demandant d’agir dès maintenant pour la généralisation des alternatives aux pesticides. Elle est aussi un message adressé aux États pour agir dans le cadre de la COP Biodiversité de l’ONU, qui aura lieu en Chine en 2021, et qui définira des objectifs de biodiversité pour 2030 », communique l’UICN.