La repousse naturelle de la forêt amazonienne cartographiée

Photo d'illustration © imagine tirée de l'étude - Creative Commons license

2384
⏱ Lecture 2 mn.

12% des émissions totales de carbone provenant de la déforestation en Amazonie ont été compensées par les forêts secondaires du Brésil, indique une récente étude publiée dans Nature.

Des scientifiques ont cartographié les forêts secondaires du Brésil et peuvent désormais déterminer l’étendue, l’âge et l’emplacement de la végétation qui repousse dans le pays, ce qui ouvrirait des possibilités de programmes d’incitation, de surveillance et de prévention des incendies de forêt. Les résultats des recherches, publiés dans Nature, indiquent que 12 % des émissions de carbone provenant de la déforestation en Amazonie ont été compensés par les forêts secondaires du Brésil. Ce qui veut dire que la repousse naturelle serait un outil sous-estimé pour atténuer les émissions mondiales de carbone et l’effondrement des écosystèmes régionaux.

Les chercheurs ont développé un ensemble de données à résolution spatiale de 30 m sur l’accroissement annuel, l’étendue et l’âge des forêts secondaires au Brésil sur la période 1986-2018. Cet ensemble de données fournit des informations spatialement explicites essentielles pour soutenir les politiques de réduction des émissions de carbone, de biodiversité et de restauration, pour permettre des applications de science environnementale, de planification territoriale et pour subventionner l’application de la législation environnementale. Les résultats fournissent 33 cartes de l’âge annuel des forêts secondaires, 33 cartes de l’étendue annuelle des forêts secondaires et 33 cartes de l’accroissement annuel des forêts secondaires de 1986 à 2018 pour l’ensemble du Brésil. L’ensemble de données fournit également 32 cartes de la perte annuelle de forêts secondaires entre 1987 et 2018 pour l’ensemble du Brésil.

Les scientifiques ont trouvé qu’environ un tiers des forêts perdues au Brésil se sont rétablies naturellement soit une superficie approximativement de la taille du Royaume-Uni – 262 791 kilomètres carrés mais soulignent que si la déforestation de la forêt primaire n’est pas stoppée, les efforts de génération seront insuffisants pour compenser les émissions. Les auteurs d’étude expliquent que la carte des forêts secondaires peut être utilisée comme preuve que les zones sont protégées afin de faciliter la surveillance et créer des incitations pour les agriculteurs et propriétaires. Ils indiquent également que pendant une année sèche, les autorités peuvent utiliser ces informations pour prévenir les grands incendies de forêt et les coupes à blanc avant qu’ils ne se produisent.

L’étude montre que les forêts secondaires, en se développant, absorbent le carbone à un taux plus élevé que les forêts matures et anciennes, qui sont souvent neutres en carbone. Au Brésil, 12 %. Des émissions totales de carbone provenant de la déforestation ont déjà été compensées par ces zones.

Lire l’étude