Bolsonaro révèle qui importe illégalement du bois d’Amazonie

Photo d'illustration © Chris Tessier

1417
⏱ Lecture 2 mn.

Le président brésilien Jair Bolsonaro s’est engagé mardi 17 novembre à communiquer « dans les prochains jours » la liste des pays qui importent de manière illégale du bois d’Amazonie, parmi lesquels des États critiques de sa gestion de la plus grande forêt tropicale du monde.

Bolsonaro a été la cible d’une avalanche de critiques de l’étranger devant les chiffres alarmants de foyers d’incendies et de surfaces déboisées en Amazonie, dont 60% se trouve en territoire brésilien. « Dans les prochains jours, nous allons révéler le nom des pays qui ont importé de manière illégale du bois d’Amazonie« , a dit le président d’extrême droite dans un discours prononcé depuis Brasilia pour le sommet en ligne des pays du Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).

« Et certains de ces pays sont les critiques les plus sévères de mon gouvernement dans cette région amazonienne« , a-t-il poursuivi. « Je crois qu’après ces révélations qui intéressent tout le monde, cette pratique va beaucoup diminuer dans notre région« , a insisté le dirigeant d’extrême droite.

Ce n’est pas la première fois que le président brésilien menace d’impliquer des pays étrangers dans la déforestation de l’Amazonie, ce qui lui a valu de sérieuses passes d’armes, notamment avec la France ou l’Allemagne. La déforestation s’annonce comme un sujet de contentieux entre Brasilia et la future administration à Washington, le président-élu Joe Biden — que Bolsonaro n’a toujours pas félicité de sa victoire — ayant menacé le Brésil de « conséquences économiques significatives » si elle se poursuivait.

D’après le chef de l’État brésilien, l’étude de l’ADN du bois mise au point par la Police fédérale permet de déterminer la provenance des arbres. Les défenseurs de l’environnement accusent Jair Bolsonaro d’avoir affaibli depuis son arrivée au pouvoir il y a deux ans les organismes de préservation de l’environnement et de favoriser ouvertement l’extraction minière, l’élevage et les coupes de bois illégales.

Il y a deux semaines, le vice-président Hamilton Mourao a amené des diplomates de huit pays en Amazonie, dans un effort pour tenter d’améliorer l’image environnementale du Brésil. Dans son discours aux Brics, Jair Bolsonaro a également estimé que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) « avait un urgent besoin de réformes« . Il a critiqué « la politisation du coronavirus et le prétendu monopole du savoir de la part de l’OMS« , qui a recommandé un confinement des populations auquel il a toujours été opposé car « la santé de l’économie doit aussi être préservée« .