Glyphosate : le laboratoire certificateur manipulait ses résultats… (2 mn 30)

1642
⏱ Lecture 2 mn.

Scandale en Allemagne : le laboratoire LPT, qui a participé aux études de certification du glyphosate pour toute l’Europe, falsifiait ses résultats et infligeait des traitements abominables aux animaux « cobayes ».

La vidéo diffusée par l’association allemande Soko-Tierschutz est proprement insoutenable. Dans le laboratoire privé Laboratory of Pharmacology and Toxicology (LPT) de Hambourg, les traitements infligés aux animaux utilisés pour les tests de médicaments et de substances chimiques relèvent de la plus totale cruauté : chien blessé baignant dans son sang et ses excréments dans une cage minuscule, des singes accrochés par le cou, dont l’un vomit de terreur… L’enquête conduite par Soko-Tierschutz et d’autres ONG révèle aussi que dans cette entreprise, les résultats scientifiques étaient régulièrement manipulés pour complaire aux donneurs d’ordre (les industriels qui doivent faire homologuer une molécule pour la mettre sur le marché) : « Si les résultats ne répondaient pas aux attentes, on me demandait de les améliorer », révèle une ancienne salariée. D’autres rapportent que des études auraient été falsifiées pendant des années. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Ils signalent par exemple que les soupçons de cancer dans une étude sur les médicaments et la dangerosité d’une toxine environnementale ont été étouffés. Le directeur général du laboratoire, Jost Leuschner, s’est vu retirer toute habilitation, et le ministère public a perquisitionné les trois laboratoires.

Or LPT a réalisé au moins 21 des 150 tests que le producteur du glyphosate, Monsanto (aujourd’hui Bayer) a fournis à l’agence de certification allemande en vue de l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate. Et c’est à cette agence allemande que l’agence européenne, l’EFSA, a délégué l’instruction du dossier du pesticide à l’échelle européenne.

« Cela signifie que des milliers d’animaux ont dû mourir de façon horrible pour ce dangereux pesticide et la sécurité du glyphosate pour les humains dépend en grande partie d’un laboratoire qui est sous de multiples soupçons de fraude et dont le laboratoire pour animaux a été fermé par l’État de Basse-Saxe pour manipulation, violation de la loi et cruauté envers les animaux »,d éclare Friedrich Mülln de Soko-Tierschutz. Les laboratoires de recherche dits contractuels sont censés garantir la sécurité des personnes. Les enquêtes sur LPT, qui révèlent un mélange de cruauté envers les animaux et de malhonnêteté scientifique, associées à la faiblesse des contrôles officiels, « font de la prétendue sécurité à 100% pour la population une roulette russe », dénonce l’ONG allemande. Chaque abattoir en Allemagne est contrôlé quotidiennement, mais dans ces laboratoires, un fonctionnaire ne vient contrôler que tous les trois ans. « Tout cela montre à quel point le prétendu système de sécurité autour de produits chimiques tels que le glyphosate est dangereux et que les politiciens sont appelés à intervenir massivement ici. Car ce sont d’abord les animaux qui sont en danger, puis les hommes », explique Mülln. Soko-Tierschutz a demandé aux Länder de Hambourg et au Schleswig-Holstein, où le laboratoire est implanté, de fermer les laboratoires LPT et d’établir un plan de sortie des expériences sur les animaux, qui sont dépassées, cruelles et peu fiables. En dépit de ces révélations, la Commission européenne n’a pas souhaité s’exprimer sur son intention d’enquêter sur les activités de LPT. Et n’a pas annoncé de réexamen de l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate.

Voir la vidéo (attention, certaines images sont difficilement regardables)

[/ihc-hide-content]