Trump assaille la législation environnementale des USA (2 mn 30)

Photo d'illustration © Fotolia-md3d

1508
⏱ Lecture 2 mn.

L’administration Trump va autoriser les chasseurs des réserves nationales d’Alaska de tirer sur les ours et les loups, ainsi que sur leurs petits, lorsqu’ils sont dans leur tanière. Elle a également ouvert un sanctuaire marine de l’océan Atlantique à la pêche commerciale.

L’entreprise de détricotage de la législation environnementale américaine, entreprise par l’administration Trump, tourne à plein régime. Le Service des parcs nationaux vient d’inverser la réglementation précédemment rédigée par le gouvernement de Barack Obama, qui interdisait certaines des pratiques très critiquées de la chasse aux prédateurs, notamment l’appâtage des ours avec de la nourriture comme des beignets. Le directeur adjoint du service des parcs, David Vela, a déclaré que le changement « alignerait plus étroitement les règlements de chasse et de piégeage avec ceux établis par l’État de l’Alaska« . [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Le sénateur de l’Alaska Dan Sullivan, un républicain, a déclaré que la révision était nécessaire « non seulement par principe, mais aussi en raison des droits des Etats« . Un consortium tribal, la Conférence des chefs Tanana, a déclaré que la règle d’Obama a été mise en œuvre sans consultation tribale adéquate, au mépris de la dépendance de l’Alaska rural aux ressources alimentaires sauvages, menaçant « des pratiques de gestion durable vieilles de plusieurs siècles« . Peter Christian, un porte-parole du Service des parcs en Alaska, a déclaré que les changements permettront aux chasseurs d’attirer les ours noirs, y compris les oursons et les femelles avec oursons, hors de leur tanière avec une lumière artificielle ; d’utiliser des appâts pour attirer les ours noirs et bruns ; de chasser les loups et les coyotes pendant la saison de mise bas et de tirer sur les caribous pendant qu’ils nagent ou depuis des bateaux à moteur.

Le président Trump a également signé une proclamation qui a ouvert le seul sanctuaire marin entièrement protégé de l’océan Atlantique, le Northeast Canyons and Seamounts Marine National Monument au large de la Nouvelle-Angleterre, à la pêche commerciale, rejetant les arguments selon lesquels les casiers à crabes, les filets de pêche et les lignes à crochets pendants peuvent nuire aux poissons et aux baleines. L’administration Obama avait fermé près de 13 000 km2 d’océan en septembre 2016 pour sauver les baleines et permettre à la vie marine de se remettre de la surpêche. Cette décision controversée a été saluée par les défenseurs de l’environnement et contestée par les pêcheurs commerciaux dès le début. Une coalition de groupes de pêcheurs avait tenté sans succès de faire annuler la désignation en réserve protégée.

Rien ne prouve toutefois que la création de la zone de conservation ait nui à la pêche commerciale en Nouvelle-Angleterre : les revenus de l’industrie halieutique n’ont pas diminué, selon les données fédérales. Invoquant une « urgence » économique, le gouvernement Trump profite de la pandémie du coronavirus pour réduire la réglementation environnementale dans l’ensemble du pays. Les ONG de conservation ont déclaré que le retour de la pêche nuira à la vie marine dans la zone. « En autorisant la reprise de la pêche […] et en supprimant l’arrêt progressif de la pêche au homard et au crabe rouge, les centaines de mammifères marins qui nagent dans le monument seront exposés à un risque accru d’enchevêtrement, notamment la baleine franche de l’Atlantique Nord, une espèce menacée. Et les jardins de coraux et d’éponges des grands fonds marins, vieux de plusieurs milliers d’années, perdront leur protection contre les engins de pêche« , a déclaré Gib Brogan, analyste des pêcheries chez Oceana, dans un communiqué.

[/ihc-hide-content]