Brésil : fusion ministérielle polémique pour le futur gouvernement Bolsonaro (1 min)

Photo © somartin-Fotolia

1684
⏱ Lecture < 1 mn.

Le président brésilien élu Jair Bolsonaro a dessiné les contours de son futur gouvernement d’extrême droite, avec notamment la fusion annoncée des portefeuilles de l’Agriculture et de l’Environnement, immédiatement critiquée par des associations écologistes.

À l’issue d’une réunion, mardi, du nouveau Président Brésilien Jair Bolsonaro avec ses prochesconseillers à Rio de Janeiro, le député Onyx Lorenzoni, présenté comme le futur chef du gouvernement, a confirmé la réduction du gouvernement à « 15 à 16 ministères », contre une trentaine actuellement.Cela implique la fusion de plusieurs ministères. « L’Agriculture et l’Environnement feront partie du même ministère, comme prévu au départ », a précisé M. Lorenzoni. Pourtant, Jair Bolsonaro avait indiqué quelques jours avant le second tour être « ouvert à la négociation » sur ce point très controversé de son programme.Les écologistes considèrent que cette fusion reviendrait à sacrifier la protection de l’environnement aux intérêts du puissant lobby de l’agro-business, qui soutient ouvertement le président élu. Cette mesure inquièterait même des représentants de ce lobby, qui craignent des sanctions commerciales de pays étrangers sur les exportations brésiliennes de viande ou de soja, deux productions à fort impact environnemental.L’écologiste Marina Silva, ex-ministre de l’Environnement et candidate à la présidentielle, a qualifié cette fusion de « désastre », estimant sur Twitter qu’« une ère tragique s’ouvre où la protection de l’environnement est égale à zéro ». Pour Greenpeace, cette fusion est une « grande erreur » dans « un pays qui a la plus grande biodiversité de la planète et la plus grande forêt du monde », l’Amazonie, et qui ainsi « se tire une balle dans le pied d’un point de vue économique».