Paris : les lapins chassés des Invalides relogés en Seine-et-Marne

Armin Forster de Pixabay

135
Armin Forster de Pixabay
⏱ Lecture 2 mn.

Les lapins de garenne accusés d’abîmer les jardins et les canalisations autour de l’Hôtel des Invalides à Paris sont capturés depuis fin janvier pour être relâchés en Seine-et-Marne, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture de police.

« Deux opérations ont eu lieu depuis le 25 janvier avec un résultat identique: 24 lapins sains ont été prélevés à chaque fois, remis en liberté après vaccination » sur le domaine privé de Bréau (Seine-et-Marne), dont le propriétaire a donné son accord, a indiqué la PP à l’AFP.

Six opérations de capture, menées par des équipes de 8 à 12 piégeurs sous la supervision du lieutenant de louveterie de Paris, Yves Laborde, sont programmées d’ici au 29 février.

Au total, la population de lapins de garenne autour des Invalides est estimée à 300 paires d’oreilles, selon l’arrêté signé le 10 janvier par le préfet de police Laurent Nuñez.

« La surpopulation sur le site entraîne des conditions de vie dégradées et des risques sanitaires », estime la PP, citant la « mortalité des lapins et l’appât qu’ils constituent pour les rats ».

Par ailleurs, le coût de la remise en état du site, abimé par « la multiplication des galeries souterraines » et la « détérioration des jardins, des canalisations, de la flore » a été estimé à 366.000 euros hors taxes », selon la PP.

« La zone dans laquelle ils sont réintégrés est un espace de repeuplement, sur lequel ils ne sont pas chassés », assure la préfecture de police.

L’association Paris Animaux Zoopolis (PAZ), qui affirme que « des lapins vont être tués lors de cette opération sous couvert de déplacement », accuse la PP de « jouer l’opacité sur la méthode de capture ».

« Capturer des lapins provoque un stress intense. Un certain nombre de lapins mourront lors de la capture et potentiellement le transport », ajoute PAZ, qui note que la commune de Bréau accueille le siège de la Fédération de chasse de Seine-et-Marne.