Une canopée fleurie au service des coléoptères

Photo d'illustration ©Jggrz de Pixabay

1566
⏱ Lecture 2 mn.

Dans une étude récemment publiée dans Journal of Natural History, des chercheuses suggèrent que les arbres à fleurs de la forêt tropicale Amazonienne jouent un rôle important dans le maintien de la diversité des coléoptères de la canopée.

Selon une des autrices principales d’une récente étude publiée dans Journal of Natural History, les biologistes savent depuis longtemps que la cime des arbres des forêts tropicales abrite un grand nombre d’espèces de coléoptères. Seulement, la raison pour laquelle ces conopées sont si riches de ces insectes est un mystère. Les recherches menées par Susan Kirmse et Carole Chaboo montrent que les arbres à fleurs jouent un rôle essentiel dans le maintien de cette diversité et que les coléoptères sont peut-être parmi les plus grands pollinisateurs.

Les scientifiques ont mené une étude d’un an dans une partie de la forêt amazonienne au Venezuela. Elles ont utilisé une grue spécialement construite pour collecter un total de 6 698 coléoptères adultes représentant 859 espèces. Ceux-ci ont été récoltés sur 45 spécimens de 23 espèces d’arbres différentes. Après analyses, les chercheuses ont noté que la majorité de ces espèces – près de 60 % – se trouvaient exclusivement sur des arbres qui produisent un grand nombre de petites fleurs blanches. Caroline Chaboo a écrit dans The Conservation que « cette découverte montre que les arbres à fleurs sont probablement parmi les facteurs les plus importants pour maintenir la grande diversité de coléoptères dans les forêts tropicales. Mais cette relation va dans les deux sens ». En effet, l’étude suggère également que les coléoptères sont peut-être parmi les pollinisateurs les plus sous-estimés des forêts tropicales.

Les résultats montrent que les espèces d’arbres à fleurs jouent un rôle important pour préserver la diversité de la canopée. Ainsi, cela donne des outils aux décideurs politiques et biologistes qui espèrent préserver ou restaurer les forêts tropicales humides. La culture des arbres et autres plantes – en particulier ceux avec de petites fleurs blanches dont les coléoptères raffolent – pourrait contribuer à maintenir des communautés riches en espèces.

Lire l’étude