🆓 Biodiversité : effondrements brutaux en vue (2 mn)

Photo © bugking88-Fotolia

1423
⏱ Lecture < 1 mn.

Il n’est pas exact de parler d’« érosion » de la biodiversité. A en croire une étude parue dans Nature, c’est plutôt à des effondrements brutaux, rythmés par le dérèglement climatique, qu’il faut s’attendre.

Tant que le changement climatique anthropique se poursuivra, les risques pour la biodiversité augmenteront. On s’en doutait un peu, mais ce que révèle l’étude publiée dans Nature, c’est que les perturbations futures des écosystèmes résultant du changement climatique seront brutales, car au sein de tout écosystème donné, l’exposition de la plupart des espèces à des conditions climatiques dépassant les limites de leur niche se produira presque simultanément.

Dans un scénario de fortes émissions, ces effondrements de pans de la biodiversité commenceront avant 2030 dans les océans tropicaux et s’étendent aux forêts tropicales et aux latitudes plus élevées d’ici 2050. Si le réchauffement climatique est maintenu en dessous de 2 °C, moins de 2 % des écosystèmes dans le monde devraient subir des disparitions soudaines de plus de 20 % de leurs espèces constitutives, mais le risque s’accélère avec l’ampleur du réchauffement, menaçant 15 % des écosystèmes à 4 °C, avec des niveaux de risque similaires dans les zones protégées et non protégées. Ces résultats mettent en évidence le risque imminent de pertes soudaines et importantes de biodiversité dues au dérèglement climatique et fournissent un cadre permettant de prévoir à la fois quand et où ces événements peuvent se produire.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont utilisé des projections annuelles (de 1850 à 2100) des températures et des précipitations pour plus de 30 000 espèces marines et terrestres afin d’estimer le moment de leur exposition à des conditions climatiques potentiellement dangereuses.

Lire l’étude