🆓 Les poissons des abysses migrent aussi (1 mn 30)

1612
⏱ Lecture 2 mn.

L’analyse de photographies des profondeurs a montré que les poissons migrent aussi dans les abysses.

C’est désormais prouvé : les poissons migrent aussi dans les abysses. Pour pallier les contraintes d’observations en eau profonde (manque de lumière, forte pression…), des biologistes marins dirigés par Rosanna Milligan, professeur adjoint à la Nova Southeastern University en Floride, ont analysé 12 703 photographies des profondeurs et ont observé une augmentation régulière du nombre de poissons au cours de certains mois, ce qui suggère des migrations saisonnières.

Les photographies ont été prises pendant sept ans et demi par le Deep-ocean Environmental Long-term Observatory System (Delos), deux observatoires situés au fond de la mer à 1 400 m de profondeur, au large des côtes angolaises. Si seulement 502 clichés contenaient un poisson ou plus, les scientifiques ont pu malgré tout constater que chaque année, à la fin novembre et en juin, leur nombre connaissait un pic.

De nombreuses zones d’ombres demeurent toutefois sur le comportement des poissons photographiés. Les grenadiers, une famille de poissons que l’on voit sur plus de 100 des photos de Delos, ont une longue queue qui peut leur permettre de se déplacer sur de grandes distances à faible vitesse. On ne sait toutefois pas la distance maximale qu’ils peuvent parcourir. De façon générale, si les poissons des profondeurs migrent bel et bien, les scientifiques sont à la peine de montrer où ils vont et d’où ils viennent.

Milligan pense toutefois que les poissons pourraient migrer en suivant les organismes mourants de la surface, dont ils dépendent pour leur survie. Chaque année, le plancton fleurit au large des côtes d’Afrique de l’Ouest quatre mois avant que les poissons d’eau profonde ne migrent dans la région; il est possible que d’autres animaux se rassemblent pour en profiter et que les poissons d’eau profonde migrent pour les manger lorsqu’ils meurent.

L’étude