⏱ Lecture 2 mn.

Le Parc national de Port-Cros et l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturne (ANPCEN) ont étudié pendant un an la qualité de la nuit dans l’île. Résultat : moyen…

L’ANPCEN a analysé les éclairages publics et privés de l’île, mesuré la qualité de la nuit en basse et haute saison, rapproché les données de pollution lumineuse observée des données de biodiversité d’un espace protégé. Elle en a tiré une cartographie originale aux deux saisons, et formulé des projections et des recommandations opérationnelles pour les différents acteurs, quant aux équipements lumineux et aux enjeux de biodiversité dans ce milieu méditerranéen, insulaire et littoral, terrestre et marin.

Le verdict tient en cinq points :

  • En basse saison, a qualité de la nuit de l’île est globalement « moyenne » par ciel clair et en début de nuit. Elle peut varier de « nonne » en cœur de nuit par ciel clair à « faible » par ciel nuageux ;
  • En haute saison, la qualité de la nuit reste globalement « moyenne », même si elle est dégradée en début de nuit au cœur et à proximité du village localement jusqu’à 50 % ;
  • Les lumières du littoral contribuent à distance à la pollution lumineuse de l’île entre 25 % et jusqu’à plus de 75 % suivant l’éloignement du site mesuré par rapport au village de Porquerolles ;
  • Les lumières du port contribuent pour 25 à 30 % de la pollution lumineuse mesurée sur l’île et les lumières des bateaux au mouillage contribuent localement à éclairer directement le milieu marin dans le cœur marin du parc national. L’extinction et la réduction de puissance des éclairages publics et privés sur le continent permettent d’améliorer la qualité de la nuit de l’île au coeur de la nuit ;
  • Une baisse de la puissance installée permet de progresser dans la qualité de la nuit de « médiocre » à « moyenne » pour 13 % de la superficie de l’île. Une meilleure orientation des points lumineux permet une amélioration de qualité de la nuit pour plus de 54 % de la superficie de l’île.