🔻 Les 7 engagements pour la protection des cétacés présentés par Annick Girardin

Photo d'illustration ©-Pixabay

1891
⏱ Lecture 2 mn.

La ministre de la Mer Annick Girardin a rappelé le plan d’action mis en place pour lutter contre la capture accidentelle de cétacés, à l’occasion d’une réunion avec les présidents des Comités régionaux des pêches maritimes et des élevages marins de Bretagne, du Pays de la Loire et de Nouvelle-Aquitaine.

Le plan d’action national pour lutter contre la capture accidentelle des cétacés se fonde sur l’amélioration des connaissances sur les interactions entre les activités de pêche identifiées à risque et sur l’état de la population des dauphins communs en Atlantique nord-est. À l’occasion d’une réunion avec les présidents des Comités régionaux des pêches maritimes et des élevages marins de Bretagne, du Pays de la Loire et de Nouvelle-Aquitaine, Annick Girardin, ministre de la Mer, a rappelé les 7 engagements de l’État, des pêcheurs et des scientifiques :

  • Depuis le 1er janvier 2019 : Rendre obligatoire les déclarations de l’ensemble des captures accidentelles.
  • Depuis mi-décembre 2020 : Relever les échouages, publier les données sur le site du Ministère de la Mer et rendre compte de l’avancée des actions ;
  • Depuis le 1er janvier 2021 : Equiper tous les chalutiers en interaction avec les cétacés en dispositifs répulsifs acoustiques et poursuivre le développement des solutions techniques.
  • Hiver 2020-2021 : Mettre en place des programmes d’observation aérienne
  • Février 2021 : Tester l’embarquement des caméras à bord sur les fileyeurs du golfe de Gascogne à des fins de connaissances scientifiques.
  • Mars 2021 : démarrer un projet international avec l’Espagne et le Portugal sur les captures accidentelles de cétacés
  • 30 avril 2021 : avoir mené une campagne d’observation volontaire des pêches à bord des chalutiers et des fileyeurs.

Une charte d’engagement des professionnels a également été rédigées et signée en décembre 2020 pars tous les comités régionaux des pêches maritimes et des élevages marins de la façade Atlantique. Le plan d’actions a aussi été l’objet de discussion avec les autres États présents dans le golfe de Gascogne en particulier l’Espagne et le Portugal afin d’obtenir des résultats plus efficaces.

Les premiers engagements du plan d’action ont déjà été mis en place. Des bulletins bi-hebdomadaires faisant état des échouages sont disponibles sur le site du Ministère de la Mer. Un arrêté publié le 3 décembre 2020 oblige également l’ensemble des chalutiers à s’équiper de dispositifs acoustiques répulsifs depuis le 1er janvier 2021.