🔻 Les plantations d’huile de palme certifiées « durables » sont-elles vraiment durables ?

Photo d'illustration ©Sarangib de Pixabay

2009
⏱ Lecture 2 mn.

Une équipe de chercheurs a évalué les impacts socio-économiques du développement de l’huile de palme en Indonésie. Les résultats publiés dans la revue Nature Sustainability montrent que les impacts des certifications de durabilité varient considérablement en fonction de l’endroit où se trouve une plantation particulière.

La « Table-ronde sur l’huile de palme » est le système de référence de certification de la durabilité en ce qui concerne les questions socio-environnementale liées à l’industrie de l’huile de palme. Des chercheurs ont cependant souligné que l’efficacité de la certification de cette organisation est incertaine. Ils ont tenté d’évaluer l’impact de la certification sur le bien-être des villageois à travers l’Indonésie. L’équipe a comparé la pauvreté de 36 311 villages entre 2000 et 2018 et suivit l’évolution depuis la création des premières plantations de palmiers à huile jusqu’à plusieurs années après la certification des plantations. Les résultats de cette étude, publiés par Nature Sustainability, montre que les impacts des certifications de durabilité varient considérablement, que ce soit positivement ou négativement, en fonction de l’endroit où se trouve une plantation.

Les scientifiques ont travaillé sur un ensemble de données couvrant les régions indonésiennes de Sumatra, Kalimantan et de Papouasie. Ils ont pu distinguer quelles plantations de palmier à huile avaient obtenu la certification de la Table ronde sur l’huile de palme durable (RSPO) qui représente la plus grande organisation mondiale pour la production éthique d’huile de palme. Ils ont ensuite examiné si ce changement a eu un impact supplémentaire sur le bien-être socio-économique et socio-écologique des communautés voisines. Il est important de noter que pour obtenir la certification de durabilité de la table ronde, une entreprise doit passer par un processus d’évaluation rigoureux et prouver qu’elle a adhéré à certaines normes dont la rédaction de registres transparents indiquant que les terres sont acquises légalement et aménagées avec le « consentement libre, préalable et éclairé » de la population locale, et que les impacts sur les communautés voisines sont pris en compte. La certification de la table ronde garantit ainsi aux consommateurs que l’huile de palme qu’ils achètent est « produite sans nuire à l’environnement ou à la société ».

Pour 500 des villages adjacents aux plantations certifiées par la RSPO, les auteurs ont constaté toute une série d’impacts. Pour certains villages où les cultures existent depuis très longtemps et qui par conséquent se sont tournés vers une économie de marché, principalement orientée vers le commerce de l’huile de palme, l’influence globale a été plutôt positive bien que considérée « marginale » par les auteurs de l’étude. En revanche, d’autres villages ont vu leurs conditions socio-écologiques se dégrader même après la certification. Les auteurs soupçonnent que cela est probablement dû au fait que les dépenses et les capacités techniques requises pour qu’une entreprise obtienne la certification RSPO sont trop importantes. Par conséquent, les plus grandes entités ont généralement tendance à développer de plus grandes plantations affectant une plus grande partie des communautés avoisinantes.

Les chercheurs ont réalisé que la certification RSPO ne suffiit pas pour compenser l’impact global de l’huile de palme sur les communautés qui dépendaient, auparavant, de forêts intactes. Ils ont tout de même noté que les engagements récents de la RSPO dans la lutte contre la déforestation et la conversion des forêts primaires devraient concentrer les futures plantations sur des terres déjà dégradées à proximité de communautés essentiellement axées sur le marché qui peuvent mieux gérer la transition.

Lire l’étude