🔻Les Écotrons, des écosystèmes en laboratoire

Photo d'illustration ©Pxhere - licence CC0 Domaine public

1850
⏱ Lecture 2 mn.

Des installations avancées à environnement contrôlé pour l’étude expérimentale des écosystèmes, appelées « écotrons« , ouvertes à la communauté internationale, ont été créées pour connaître le fonctionnement des écosystèmes dans les nouveaux environnements et potentiellement atténuer les changements anthropiques.

L’intégrité et les services des écosystèmes sont menacés par les changements anthropiques mondiaux. Afin de mieux comprendre le fonctionnement des écosystèmes dans les nouveaux environnements, et donc dans le but d’atténuer les changements anthropiques ou de s’y adapter, des établissements spéciaux ont été élaborés. Une revue des caractéristiques et potentialités de ces installations appelées Écotrons, récemment construits au niveau international, a été publiée dans Global Change Biology. Un écotron est un ensemble d’enceintes recevant de larges échantillons d’écosystèmes permettant simultanément de simuler une large gamme de conditions environnementales au niveau de la canopée et du sol et de mesurer automatiquement le fonctionnement des écosystèmes, en particulier les flux de gaz et d’énergie. Ce sont pour la plupart des constructions récentes, 10 ont été construits ou sont en construction, principalement en Europe, depuis 2010. Ces établissements ont une capacité à contrôler de manière réaliste les environnements des écosystèmes. Cette capacité est utilisée pour simuler une variété de scénarios climatiques et de conditions du sol, sous la lumière naturelle du soleil ou par un éclairage à large spectre. La taille des échantillons d’écosystèmes étudiés (plusieurs tonnes en moyenne), souvent prélevés intacts in situ, diminue les effets de bord et permet de conserver une grande complexité physique et biologique. Les enceintes de la plupart des écotrons fonctionnent comme de grands systèmes de mesure des échanges gazeux. Equipés d’analyseurs lasers de dernière génération, non seulement les échanges de nombreux gaz sont mesurés, mais aussi un certain nombre de leurs isotopes, donnant accès à la compréhension du fonctionnement physique et biologique des écosystèmes. Certains écotrons développent des mesures plus spécifiques, par exemple de la faune du sol par radio fréquence.

Bien équipés, avec du personnel à forte technicité et avec un mode de fonctionnement ouvert à de larges consortiums de recherche nationaux et internationaux, les écotrons s’apparentent, bien qu’à un degré moindre, aux grandes infrastructures de recherche développées dans d’autres disciplines (physique, astronomie …). En effet, une grande diversité de projets de recherche est conduite dans ces enceintes. La moitié concerne l’impact des changements climatiques et atmosphériques, un quart l’impact d’une perte de biodiversité et un quart analyse d’une façon fondamentale la physiologie des écosystèmes, explique le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) dans une publication.

Lire la revue publiée dans Global Change Biology

Publication du CNRS