Les impacts environnementaux des énergies renouvelables (1 mn)

Photo © Oimheidi de Pixabay

1601
⏱ Lecture 2 mn.

FNE a porté plainte suite à une forte mortalité d’oiseaux et de chiroptères sur un parc éolien de l’Aveyron. De son côté, l’Ademe a lancé une enquête en ligne sur les impacts environnementaux de l’énergie solaire.

Si l’énergie éolienne est considérée comme l’une des alternatives durables à l’énergie fossile, elle s’attire souvent les foudres des protecteurs de la biodiversité. Tout au long de l’année 2019, un suivi environnemental du parc éolien de Monfrech à Séverac-le-Château et Lavernhe (Aveyron) a permis d’établir que 14 chauves-souris et 17 oiseaux protégés (dont trois vautours fauves) ont été retrouvés morts aux pieds des éoliennes. Pourtant, « ce parc éolien ne bénéficie d’aucune autorisation environnementale pour porter atteinte aux espèces animales protégées, et ne déploie donc pas de mesures environnementales pour limiter ces impacts (ex. : déclenchement de mesures d’arrêt de rotation des éoliennes, d’effarouchement sonore, etc.)« , souligne France Nature Environnement (FNE) Midi-Pyrénées dans un communiqué. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Face à ces mortalités jugées « ‘modérées à forte’ en comparaison avec celles observées sur les autres parcs éoliens« , la Fédération a porté plainte contre X pour destruction d’oiseaux protégés et demandé au préfet de l’Aveyron une mise en demeure de l’exploitant, la société SNC ESCO. Elle a également saisi l’Office Français de la Biodiversité (OFB). Le Président de FNE Midi-Pyrénées, Thierry Noblens, a affirmé à propos du développement éolien que, souvent, « des intérêts purement financiers se cachent derrière cette intention vertueuse. Quoiqu’il en soit, les populations d’oiseaux et de chauves-souris ne doivent pas être impactées par le fonctionnement des éoliennes. »

Du côté de l’énergie photovoltaïque, une enquête en ligne ses impacts environnementaux a été lancé par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe) auprès des acteurs de la filière (fabricants, développeurs, recycleurs, bureaux d’études, etc). Il s’agit d’abord d’évaluer leur sensibilité sur cette thématique, de mieux comprendre les pratiques, et enfin d’identifier des moyens de réduire l’empreinte écologique des techniques photovoltaïques et de leurs applications. Pour prolonger l’enquête, des ateliers de travail et des interviews seront organisés.

L’enquête en ligne

[/ihc-hide-content]