Dauphins : Bruxelles juge « inacceptable » le niveau des prises accidentelles (2 mn)

Photo © Fotolia-mbruxelle

2166
⏱ Lecture 2 mn.

Le commissaire européen à la pêche a dénoncé le chiffre trop élevé des prises accidentelles de dauphins par les pêcheurs. En France, FNE déplore déjà 600 échouages de cétacés sur la côte Atlantique suite aux captures.

Le niveau des prises accidentelles de dauphins dans les eaux de l’Union européenne est « inacceptable« , a estimé mardi 25 février le commissaire européen à la Pêche Virginijus Sinkevicius, inquiets de la situation après la mort de centaines de cétacés, pourtant une espèce protégée. Dans un communiqué, le commissaire rappelle que 1.200 dauphins morts ont été retrouvés échoués sur les plages du golfe de Gascogne au cours des premiers mois de l’année 2019, dont le décès est « probablement » liée aux filets de pêche. « Les niveaux de prises accidentelles ne sont pas acceptables. Cela peut mener à l’extinction de populations locales de l’espèce« , met-il en garde. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Le commissaire a écrit aux ministres de la Pêche et de l’Environnement de 22 Etats membres pour « les exhorter à collaborer dans la recherche d’une solution à cette situation« . M. Sinkevicius a par ailleurs demandé au Conseil international pour l’Exploration de la mer (Ciem), organe scientifique qui surveille les écosystèmes de l’Atlantique nord et le niveau des stocks de poissons, « une mise à jour urgente de leur avis scientifique« . La question sera également mise à l’agenda des prochains conseils des ministres de l’UE de la Pêche et de l’Environnement, assure-t-il. La situation des cétacés est particulièrement délicate dans le golfe de Gascogne, mais aussi la mer Celtique et en mer Baltique, souligne le commissaire.

En France, l’association France Nature Environnement (FNE) a fustigé dans un communiqué « un triste classique du début d’année » : depuis le mois de décembre 2019, plus de 600 carcasses de dauphins ont été retrouvées sur la côte Atlantique, dont une centaine rien que pour le week-end des 15 et 16 février. « Un chiffre bien plus élevé que l’année dernière à la même époque. Et les échouages ne sont que la partie émergée de l’iceberg ; l’hiver dernier, ce sont au total plus de 11 300 dauphins qui sont morts capturés dans les filets de pêche. » L’ONG demande au gouvernement de suspendre en urgence « les pêches mortifères jusqu’à la fin de l’hiver« , notamment la pêche au filet maillant et la pêche au chalut pélagique – cette dernière ayant été récemment interdite dans la zone protégée du Plateau de Rochebonne, dans le golfe de Gascogne.

« Le problème est européen, précise FNE : dans la mer Baltique et dans les eaux espagnoles par exemple, ce sont les marsouins communs qui sont victimes de captures accidentelles. » Aussi, FNE et 25 autres ONG européennes ont porté plainte en juin 2019 contre la France et les autres Etats européens qui n’ont pas pris les mesures suffisantes pour éviter les captures de dauphins et de marsouins. « Pour la France, les associations demandent à la Commission Européenne une suspension temporaire de l’activité des filets maillants et des chalutiers pélagiques pendant l’hiver dans le golfe de Gascogne. En vain. »

[/ihc-hide-content]