🆓 Pêche durable : Bloom dénonce une duperie du label MSC (2 mn)

1507
⏱ Lecture 2 mn.

L’association Bloom a produit une étude montrant que la grande pêche industrielle représente 83% des volumes certifiés MSC entre 2009 et 2017 mais seulement 32% de ses illustrations photographiques, alors que la petite pêche à faible impact ne représente au contraire que 7% des volumes certifiés mais 49% des illustrations.

Dans une nouvelle étude dirigée par Frédéric Le Manach, l’association Bloom dénonce ce qu’elle appelle « l’imposture du label MSC« . Le label MSC (Marine Stewardship Council) a été créé par l’ONG éponyme afin de guider l’ensemble du secteur de la pêche vers la durabilité. Un cahier des charges a été établi lui permettant d’évaluer et de certifier les pêcheries durables. Il s’agit de l’une des certifications les plus anciennes et les plus connues dans le secteur de la pêche. On estime que 15 % des pêches mondiales sont certifiées MSC. Si le MSC est de plus en plus reconnu par les décideurs politiques comme étant un indicateur de succès d’une gestion des pêches, il est également critiqué pour la faiblesse de son cahier des charges et la trop grande indulgence des cabinets de certification l’appliquant.

Bloom et ses coauteurs internationaux ont procédé à l’analyse exhaustive de toutes les pêcheries certifiées MSC depuis les origines du label. « Les résultats révèlent de façon imparable l’ampleur de l’imposture du label MSC, explique l’ONG dans un document de plaidoyer : à l’opposé de ses affirmations, le label MSC certifie en fait principalement des pêcheries industrielles destructrices« , et il cache « ce vice fondamental en mettant principalement en avant la petite pêche côtière ayant un faible impact sur l’environnement marin. »

Bloom a classé les pêcheries certifiées MSC par type d’engin (actifs ou passifs) ainsi que par longueur des navires (petits ou grands ; la limite séparant les deux étant fixée à 12 m de longueur), puis a comparé les pêcheries certifiées MSC (jusqu’au 31 décembre 2017) à 399 photos que le MSC a utilisées dans ses documents promotionnels depuis 2009. Les résultats montrent que les pêcheries utilisant des petits navires et des engins passifs sont surreprésentées dans ses photos publicitaires : 64 % de ces photos montrent des engins passifs, alors que seulement 17% des captures certifiées MSC (et 40% des pêcheries) proviennent de ces engins passifs entre 2009 et 2017.

De même, 49 % des photos montrent de petits navires, bien que 7% seulement des captures certifiées MSC (et 20% des pêcheries) soient effectuées par des navires de petite taille entre 2009 et 2017. « Le MSC présente de manière démesurée des photos de petite pêche côtière, alors que les pêcheries portant son logo proviennent en grande majorité de la pêcherie industrielle à fort impact« , indique Bloom. Ainsi cette dernière représente 83% des volumes certifiés MSC entre 2009 et 2017 mais seulement 32% de ses illustrations photographiques.

L’étude