L’oignon fait la force !

185
⏱ Lecture 2 mn.

Résolution pour la nouvelle année (ça durera ce que ça pourra…) : au moins une fois par mois, focus sur une initiative revigorante.

Dans le Tarn, près de Castres, sur un ancien terrain agricole en zone humide bordé par une forêt, trois barjots ont créé (début 2023) un jardin collectif de 2000m² ouvert au public. Ils y cultivent des légumes, plantent des arbres, dans le respect du vivant et de la dynamique végétale existante. Accompagnés au début par des maraîchers et des spécialistes de l’agroforesterie, ils ont créé ce jardin pour qu’il soit le support d’une communication vertueuse de l’agriculture auprès du grand public.

Leur constat : la grande majorité des consommateurs n’ont plus d’attache avec la production d’aliments, ni par leurs liens familiaux, ni par la pratique d’une activité de production ou de transformation des aliments.
Leur projet entend sensibiliser les jeunes populations aux enjeux de l’agriculture, afin de recréer le lien de confiance entre citoyen.ne.s et agriculteur.rice.s et de redonner envie aux jeunes d’investir les campagnes et de cultiver la terre.

Leur projet répond aussi à un autre enjeu : promouvoir des systèmes agricoles qui considèrent les parcelles de production et les aires naturelles qui les entourent (forêts, zones humides, haies, bosquets) comme deux faces complémentaires et étroitement imbriquées. Leur jardin étant situé sur une zone humide et à proximité d’une forêt, la création d’une « zone sauvage » permet d’observer les dynamiques de la forêt (régénération naturelle) et des zones humides (présence d’une végétation spécifique, batracien et leur cycle de vie, etc.).

Si le jardin est déjà créé, le chantier à venir reste ambitieux : il faut faire connaitre l’initiative, nouer des partenariats avec des structures d’éducation populaire et de protection de la nature, recruter un ou une maraîchère professionnelle, planter arbres et haies… Tout cela mobilise de l’énergie (ils n’en manquent pas) et nécessite des moyens. Ils postulent à un financement (à hauteur de 45 000 €) de la Région Occitanie. Pour l’obtenir, ils comptent… sur vous. Vous pouvez voter pour leur projet en cliquant ici.

A Brive-la-Gaillarde, on le sait grâce à Brassens, la moindre botte d’oignons est prétexte à crêpage de chignon. Dans le Tarn, c’est le contraire : l’oignon fait la force. C’est le nom de leur projet…