⏱ Lecture 2 mn.

« La recherche dans les espaces naturels protégés : quels enseignements pour l’Agence française pour la Biodiversité ? » Cette question sera au cœur du colloque organisé à Montpellier par Parcs nationaux de France les 6 et 7 décembre.

Les aires protégées constituent un pilier essentiel des stratégies de conservation de la biodiversité. En France, tous statuts confondus, elles couvrent aujourd’hui plus de 20 % de l’espace terrestre et près de 17% des eaux sous juridiction française. Pour assurer leur objectif de préservation des patrimoines de leur territoire, les gestionnaires d’espaces protégés s’appuient sur l’expertise de leurs équipes et de leurs conseils scientifiques mais aussi sur les résultats des recherches conduites par des établissements scientifiques et techniques et d’organismes de recherche.

Les coopérations entre espaces protégés, instituts de recherche et universités se sont ainsi densifiées ces dernières années. Ces coopérations sont en effet essentielles à la prise en compte dans les programmes de recherche des besoins spécifiques des aires protégées en matière de connaissance et d’appui à la gestion. Réciproquement, les espaces protégés offrent aux chercheurs la possibilité de travailler sur des milieux naturels originaux et variés, plus ou moins anthropisés, d’y développer l’interdisciplinarité et l’innovation ou encore de participer à la mise en place de sites de référence fournissant des séries d’observations sur le long terme. La réduction actuelle des moyens dédiés à ces partenariats, d’un côté comme de l’autre, nécessite de poursuivre collectivement le développement de stratégies gagnant-gagnant plus efficientes.

L’Agence française pour la Biodiversité (AFB) constituera dans un avenir proche un pivot essentiel de la recherche et développement relative à l’eau, à la mer et à la biodiversité. Elle devra rapidement être en capacité de mobiliser la recherche sur des sujets en rapport direct avec la reconquête de la biodiversité, de rapprocher les acteurs de la recherche des problématiques sociétales et de jouer un rôle d’interface entre le monde de la gestion et celui de la science. L’expérience des espaces protégés et de leurs partenaires en matière de recherche, leurs sites dédiés à l’expérimentation et à la construction de solutions fondées sur la nature ou encore leur contribution à la formulation des questions de recherche, sont des atouts certains pour l’AFB.

Dans ce cadre, Parcs nationaux de France organise à Montpellier SupAgro les 6 et 7 décembre 2016 des rencontres scientifiques intitulées « La recherche dans les espaces naturels protégés : quels enseignements pour l’Agence française pour la Biodiversité ? ». Ces rencontres sont organisées en partenariat avec les principales têtes de réseau d’espaces protégés en France.

Le programme du colloque