🆓 Pour un « environnement naturel sain » parmi les Droits de l’homme (1 mn 30)

1495
⏱ Lecture 2 mn.

BirdLife International, la principale fédération mondiale de conservation de la nature, que la LPO représente en France, demande aux Nations Unies que disposer d’un environnement naturel sain devienne un droit humain universel.

Dans une lettre ouverte adressée au Secrétaire Général de l’ONU António Guterres, BirdLife International propose d’ajouter un “Article 31″ à la Déclaration universelle des droits de l’homme, consacrant ainsi le droit universel à un environnement sain. S’il est adopté, cet amendement sera le premier ajout depuis la naissance de ce document fondamental en 1948.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la Déclaration universelle des droits de l’homme définit pour la première fois les droits humains fondamentaux devant être protégés au niveau mondial. Ses 30 articles couvrent des sujets tels que la torture, l’esclavage et l’éducation, mais aucun n’aborde la préservation de l’environnement, pourtant essentielle à la vie humaine.

La lettre demande que cet article 31 sur le droit à un environnement naturel sain soit inscrit à l’ordre du jour du sommet sur la biodiversité de l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2020, avec pour objectif ultime son approbation en décembre 2023 lors du 75e anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle.

Cette lettre s’inscrit également dans le cadre d’un effort plus large visant à améliorer les politiques globales en matière de climat et de biodiversité, et constitue également une invitation ouverte au reste de la société civile à apporter sa contribution.

« LeCOVID-19 est la plus grande crise globale depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle trouve ses racines dans la destruction d’habitats naturels et le commerce d’espèces sauvages. Mais si la pandémie est dévastatrice, elle donne aussi aux dirigeants mondiaux une opportunité de transformer la société, de protéger notre bien-être et celui des générations futures« , a déclaré Patricia Zurita, Présidente de BirdLife International. La santé de notre planète est notre santé. Nous, les humains, dépendons de la nature pour notre survie ; pourtant nos actions ont perturbé l’équilibre naturel de la Terre».

Lire la lettre ouverte et signer la pétition