Trump s’empresse de vendre une réserve d’Arizona à une société minière avant son départ

Photo d'illustration ©Gage_Skidmore - Wikimedia

1562
⏱ Lecture 2 mn.

La présidence de Donald Trump touche à sa fin. Le 45ème Président des États-Unis s’empresse donc de boucler son agenda avant son départ de la Maison blanche. Dernière action en date, rapportée par The Guardian : la préparation de la vente d’une grande étendue de terre du désert d’Arizona à une société minière.

Le Oak Flat est une grande étendue de terre situé dans le désert d’Arizona. Cet espace est source de conflit entre l’État et la communauté Apache qui y est installée depuis 1871. En effet, la réserve est considérée comme une terre sainte par ce peuples autochtones mais représente également une valeur minière importante. The Guardian a révélé que Donald Trump souhaite vendre cette zone à une société minière avant son départ de la Maison blanche.

Depuis que cette réserve a été découverte en 1995, les sociétés minières essaient d’obtenir l’autorisation d’exploiter les ressources naturelles de la zone, notamment un gros gisement de cuivre. Cependant, elles ont toujours été vigoureusement repoussées par les Apaches. The Guardian rapporte que l’administration de Trump prévoit de transférer la propriété de la région d’Oak Flat à Resolution Copper, une exploitation minière qui est la filiale de deux sociétés mères australiennes : Rio Tinto et BHP.

Le processus d’examen environnemental initialement prévu pour fin 2021 a finalement été avancé à fin 2020, laissant très peu de temps aux communautés locales pour prévoir leur combat. L’administration prévoirait de finaliser le processus de vente avant que Donald Trump ne quitte ses fonctions le 20 janvier 2021.

Si le projet de mine se poursuit comme prévu, elle emportera les sépultures des Apaches, les sites sacrés, les pétroglyphes et les plantes médicinales. « La résolution prévoirait d’extraire 1,4 million de tonnes de minerai de cuivre en dynamitant sous la surface et en le tirant par des tunnels. Une fois tout le minerai aspiré, il restera un cratère d’une profondeur estimée à 1 000 pieds et d’une largeur de près de deux miles », indique The Guardian.

Depuis l’élection du prochain président des États-Unis, les fonctionnaires se précipitent pour finaliser des projets destructeurs pour l’environnement qui profiteront aux intérêts des entreprises. L’administration Trump a déjà pris la décision d’ouvrir le refuge national de la faune arctique aux forages pétroliers et gaziers et de réduire les protections accordées au loup gris, une espèce menacée.