🆓 Une grenouille découverte en Inde est la première nouvelle espèce de son genre en 137 ans

Photo © ShveataMishra

1520
⏱ Lecture 2 mn.

La grenouille Walkerana muduga, découverte dans les Ghats occidentaux indiens, est la première espèce du genre décrite depuis plus d’un siècle.

Une nouvelle espèce de grenouille endémique des Ghats occidentaux, une chaîne de montagnes en Inde considérée comme un point chaud de la biodiversité mondiale, est la première nouvelle addition au genre Walkerana depuis plus d’un siècle. Il existe trois espèces de Walkerana connues auparavant : W. leptodactyla, W. diplosticta et W. phrynoderma. L’amphibien récemment découvert, Walkerana muduga, est maintenant le quatrième membre du genre.

Un spécimen de la grenouille a été collecté par le Dr. S. P. Vijayakumar de l’Institut indien des sciences et son équipe en 2016. Une espèce de haute altitude, Walkerana muduga, a été trouvée dans la chaîne de collines Elivalmalai des Ghâts occidentaux à une altitude de 1 544 mètres. L’espèce a été décrite 137 ans après la dernière découverte d’une espèce de walkerana en 1882. Les Ghâts occidentaux abritent environ 250 espèces d’amphibiens, dont plus de 90 % sont endémiques à la région.

Les chercheurs ont effectué des analyses phylogénétiques et morphologiques pour confirmer que W. muduga est bien une nouvelle espèce distincte des trois autres grenouilles Walkerana. Ils ont déterminé qu’elle divergeait notablement de ses cousines. Walkerana muduga est en effet génétiquement différent des autres espèces de près de 5 à 11% au sein d’un seul gène. Morphologiquement, elle est également très différente. L’équipe de recherche a donné à cette nouvelle espèce le nom de la communauté indigène Mudugar du district de Palghat, dans l’État indien du Kerala.

De nombreuses découvertes d’espèces ont été faites dans les Ghâts occidentaux au cours de la dernière décennie, mais contrairement aux autres cet amphibien a été découvert au nord de la vallée de Palghat, qui constitue une barrière biogéographique majeure. Les chercheurs suggèrent que ces régions pourraient ainsi abriter une diversité cachée qui doit être davantage explorée. Mais la déforestation, la dégradation des forêts et le changement climatique augmentent les pressions sur la faune des Ghâts occidentaux, ce qui rend impératif de faire des efforts pour décrire et conserver les espèces anciennes et endémiques de grenouilles qui s’y trouvent, notent-ils.

L’étude