Amazonie : le G7 envoie… un Canadair (un seul) ! (2 mn)

Photo © silkman de Pixabay

1525
⏱ Lecture 2 mn.

Alors que le Pérou et la Colombie proposent une réunion d’urgence des payas amazoniens, le G7 propose une aide dérisoire face à l’ampleur des incendies.

L’aide de 20 millions d’euros proposée par le G7 comme « réponse » aux incendies en Amazonie correspond au prix d’un Canadair. Un seul ! Et une heure de vol de cet avion coûte 8 000 €. Le refus méprisant opposé par Jaïr Bolsonaro est à apprécier au regard du caractère dérisoire de cette proposition. De leur côté,  Pérou et la Colombie ont proposé mardi aux pays de la région amazonienne une réunion d’urgence le 6 septembre afin de coordonner les mesures en faveur de la défense de la plus vaste forêt tropicale du monde, touchée par des incendies. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Le président péruvien Martin Vizcarra et son homologue colombien Ivan Duque « se sont mis d’accord pour convoquer une réunion des chefs d’Etat et de gouvernement de la région amazonienne à Leticia (Colombie) le 6 septembre, afin d’unir leurs efforts »pour protéger la forêt amazonienne, selon un communiqué diffusé à l’issue d’une rencontre entre les deux chefs d’Etat à Pucallpa, dans le nord du Pérou. La ville de Leticia, à l’extrême sud du Colombie, se trouve en pleine forêt amazonienne, à la frontière avec le Brésil et le Pérou. L’objectif de la réunion est « d’établir un Pacte qui permettra la conservation (de l’Amazonie), un développement et une exploitation durables au bénéfice des communautés qui y vivent, dans le plein respect des souverainetés nationales, est-il ajouté. Aujourd’hui, nous devons donner de la voix au niveau présidentiel et conclure ce pacte pour coordonner toutes nos actions pour protéger l’Amazonie, a déclaré le président colombien devant la presse.

L’Amazonie est notre patrimoine, où nous exerçons notre souveraineté, (mais) c’est aussi un poumon qui profite au monde dans la capture des gaz à effet de serre, des sources d’eau et dans la protection de la biodiversité », a-t-il ajouté.  Son homologue péruvien a évoqué la nécessité « d’un engagement face à cette réalité importante qui ne reçoit pas l’attention qu’elle mérite ». L’Amazonie, où font rage d’importants feux de forêt, est au coeur d’une crise environnementale et de tensions diplomatiques entre le Brésil et les pays européens, en particulier la France. L’Amazonie, dont 60% de la surface se trouve au Brésil, s’étend aussi en Bolivie, Colombie, Equateur, Guyane française, Guyana, Pérou, Suriname et Venezuela.

[/ihc-hide-content]