Chine : les marmottes tibétaines transmettent la peste (1 mn 30)

Photo ©-gelilewa-Fotolia

1311
⏱ Lecture 2 mn.

78 cas, 47 décès : la résurgence de la peste humaine sur le plateau du Qinghai-Tibet préoccupe les autorités sanitaires chinoises. En cause : les marmottes, qui transmettent la maladie aux ovins, puis à l’homme.

La peste est principalement une maladie des rongeurs sauvages, et leurs puces parasitaires sont considérées comme les vecteurs de transmission. Cependant, la peste humaine provenant d’Ovis aries (moutons tibétains) se trouve sur le plateau de Qinghai-Tibet en Chine, où Marmota. himalayana est le principal hôte de la maladie. L’infection par la peste humaine liée aux moutons tibétains est toujours associée à l’abattage ou à l’écorchage de moutons malades ou morts. La peste du mouton tibétain est clairement en retard par rapport à celle de M. himalayana. Une étude publiée dans PLOS confirme que la peste humaine provient de moutons tibétains et que la peste du mouton provient de marmottes. Les moutons tibétains représentent environ 1/3 du nombre total de moutons en Chine. Les moutons et les chèvres tibétains sont des animaux domestiques importants sur le plateau du Qinghai-Tibet, qui est la zone la plus à risque pour la peste humaine en Chine. L’agent pathogène Y. pestis (biovar antiqua) y provoque fréquemment une peste pneumonique et septicémique avec une mortalité élevée. D’autres rongeurs, certains animaux sauvages (renards, lynx et blaireaux) et des animaux domestiques (moutons, chats et chiens) ont été infectés par Y. pestis. La peste humaine provenant d’Ovis aries (moutons tibétains) a été signalée pour la première fois en 1956 dans la province de Qinghai, bien qu’aucune preuve bactérienne n’ait été obtenue à cette époque. En août 1975, un patient a souffert de la peste après avoir abattu un mouton tibétain mort dans la préfecture de Yushu, dans la province de Qinghai. La viande des moutons a été mangée par 10 personnes ; deux individus ont souffert de la peste intestinale qui s’est ensuite développée en peste pneumonique, et l’un d’eux est mort. Trois souches de Y. pestis ont été isolées à partir de l’individu mort, des moutons tibétains et de Capra aegagrus hircus (chèvre tibétaine). Cet incident était la première fois que la peste humaine associée à des moutons ou des chèvres tibétaines a été confirmée par des preuves bactériologiques en Chine.